Le chef de l’État persiste et signe : la présidentielle de juillet est maintenue

Le discours attendu de Bensalah n’en est pas un. Dans un speech enregistré à l’avance, le chef de l’État par intérim a, pratiquement,  parlé pour dire que la situation politique est fixée au point zero. Aucune concession n’est faite face à un mouvement populaire qui n’a pas faibli depuis son premier discours prononcé au lendemain de son investiture en application de l’article 102.

Bensalah tient à la fiche de route du régime qui consiste en l’organisation de présidentielles le 04 juillet prochain. Ni la décision du boycott massif annoncée par les maires, les juges et les partis politiques, ni le rejet total exprimé par le peuple n’ont ramené le chef de l’État à la raison d’État.

Bensalah appelle la classe politique, les représentants de la société civile et toutes les composantes de la société Algérienne à entamer un dialogue national en vue de s’entendre sur les mécanismes de gestion et de contrôle des élections de juillet prochain. Il compte sur la compréhension de tous des défis qui attendent le pays et sa volonté d’accompagner cette courte transition qui aboutira à l’élection d’un nouveau président qui aura toute la latitude et le pouvoir constitutionnel de mettre en oeuvre toutes les solutions de changement réclamées par le peuple.

Nadia Mehir

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :