Le général Gaïd Salah doit choisir où mettre sa balle

Vendredi passé, le peuple Algérien a dit son dernier mot. Massivement, il a rejeté la fiche de route du chef d’état major. Ce dernier est même casé par un slogan largement scandé dans le carré « des traitres ». « L’armée est des nôtres. Gaïd Salah est un des traitres », ont scandé les Algériens dans toutes les villes du pays.

Terrible pour un chef militaire de voir tout un peuple face à lui et avec autant de rejet. Un responsable qui jouit d’un Smig de dignité s’excuse et démissionne. Le cas échéant, un Etat Major digne de ce nom le dépose. L’Algérie aux portes d’une grave crise économique que d’aucuns annoncent chaotique ne peut se permettre des caprices mortifères et des coups de menton arrogants. L’heure est à la fermeté.

Comme sortie honorable au chef d’état major incapable, pour raison générationnelle, de se mettre au diapason d’une jeunesse connectée au nouvel ordre mondial, le RCD a montré la voie consensuelle : partir en retraite et ouvrir l’issue à la jeune génération de l’ANP pour faire exploser son génie.

Avec l’expiration du délais de dépôt des candidature, le pays  a déjà un pied dans le vide constitutionnel. Toute tergiversation à aller vers une phase de transition dont les outils et les mécanismes sont consensuellement admis par toute l’opposition,  risque de mettre l’Algérie dans le vide institutionnel.

La balle est entre les mains du chef d’état major. Il la passe au peuple maintenant ou il se la loge dans le crâne plus tard, une fois le chaos installé.

Moussa T

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :