Mobilisation des étudiants : « Gaïd dégage » pour « lasser place à « un Etat civil »

Des milliers d’étudiants ont manifesté, aujourd’hui, à travers le pays contre les « bandes au pouvoir » et contre leur agenda électoral. Fidèles à leur rendez-vous de mardi, les étudiants ont bravé à nouveau les dispositifs sécuritaires mis en place pour les empêcher de marcher, notamment à Alger.

Habitués à manifester au niveau de l’axe menant de la place Audin à la Grande Poste, les étudiants ont, cette fois-ci, changé de lieu de protestation. Face à une forte présence policière au niveau de la Grande Poste, des milliers d’étudiants ont improvisé une marche vers le siège de l’Assemblée populaire nationale (APN).

Forçant plusieurs cordons de sécurité, les manifestants ont réussi à atteindre l’hémicycle du Boulevard, Zighout Youcef, où ils ont tenu un sit-in. Les étudiants ont scandé plusieurs slogans hostiles aux députés, au FLN et au RND.

Mais ils ont chargé beaucoup plus le chef d’Etat-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah auquel il demande de dégager. « Gaïd Salah dégage ! », « Djeiche dyalna, wa lgaid khan-na (l’armée est la nôtre, mais Gaïd Salah nous a trahi) », lance encore les protestataires.

Les étudiants réaffirment aussi leurs opposition à la tenue de la présidentielle du 4 juillet prochain. « Il n’y aura d’élections espèce de bandes », ajoutent encore les protestataires.

Après un rassemblement devant l’APN, les étudiants ont regagné la Grande Poste pour le poursuite de leur mouvement et afficher leur opposition à l’Etat militaire, dont les contours commencent à se dessiner. « Dawla madania, machi 3askaria (Etat civil et non pas militaire) », lancent encore les protestataires.

Outres Alger, les étudiants sont sortis aussi dans plusieurs villes et universités du pays pour reprendre les mêmes revendications et les mêmes exigences : départ du système et entrée dans une véritable transition.

Massinissa Ikhlef

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :