Mort de Kamel Eddine Fekhar : Le RCD pointe du doigt la responsabilité des autorités publiques

Le RCD a réagi face à la nouvelle du décès de l’activiste Kamel Eddine Fekhar ce matin à l’hôpital de Blida après plus de 50 jours de grève de la faim en protestation contre son injuste incarcération.

« Ni les supplications de sa famille et de ses enfants ni les alertes lancées par son avocat et de nombreux militants et organisations n’ont eu d’effet sur un appareil judiciaire plus occupé à décoder les désidératas de ses nouveaux maitres », dénonce le RCD dans un communiqué rendu public aujourd’hui.

« Aujourd’hui, l’opinion publique sait que ce qui est désigné par “les événements de Ghardaïa ” est l’œuvre des manipulations de la police politique de Bouteflika dans la promotion de la division et de la création d’abcès de fixation pour cultiver les peurs et les fitna », ajoute le parti de Mohcine Belabbas.

« L’interpellation arbitraire de Kamel Eddine Fekhar après le 22 février 2019 indiquait déjà que l’administration et l’appareil judicaire sont mus par les mêmes motivations qu’avant. Sa mort à l’hôpital de Blida après une grève de la faim pour protester contre l’injustice qu’il a subit démontre que rien n’a fondamentalement changé dans la conduite des affaires du pays », constate le RCD.

Le parti progressiste, qui assure la famille de Fekhar de sa solidarité,  pointe du doigt la responsabilité des autorités publiques sur ce crime. « Le RCD dont de nombreux militants du Mzab ont été victimes de l’arbitraire du système politique dénonce et condamne ce crime dont la responsabilité est l’œuvre des autorités publiques », dit le parti avant d’appeler les citoyennes et les citoyens à maintenir la mobilisation pour le départ du système politique et de tous ses symboles.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :