Mouloud Lounaouci à Raffour : « une révolution doit avoir une élite »

Mouloud Lounaouci a animé, la veillée du mercredi au jeudi vers 22 h, une conférence au niveau du village de Raffour, dans la commune de M’Chedallah, une cinquantaine de kilomètres à l’est de la ville de Bouira.

L’ancien détenu d’avril 80 a dévoilé son approche, en termes d’analyse, de la situation actuelle de pays. En premier lieu, il a décortiqué, avec force détails, les concepts en vogue remettant les pendules populaires à l’heure de la révolution.

Pour le docteur Lounaouci, « on n’est pas dans une révolution mais dans un processus révolutionnaire » ajoutant qu’une révolution digne de ce nom « doit avoir une élite, un projet de société et un pouvoir d’agir. »

Au sujet des tentatives de briser le mouvement citoyen du 22 février et de diviser le peuple algérien, il a fait appel à la vigilance et à la méfiance vis-à-vis de certaines personnes dont les populistes et les opportunistes qui « veulent accaparer de la volonté populaire et polluer ses revendications. »

Dans la deuxième partie de son intervention, il a exposé les origines du soulèvement actuel en faisant référence aux luttes précédentes dont le mouvement berbère de 1980 qui portait les mêmes revendications que celles d’aujourd’hui, « juste avec une longueur d’avance en matière de conscience politique. » Les sujets tabous étaient discutés dans l’apaisement et la sagesse citoyenne.

Le conférencier, hôte du village de Raffour, a également insisté sur la nécessité d’amorcer des débats dans les quatre coins de l’Algérie sur des sujets d’actualités qui préoccupent les algériens. Il cite, à titre d’exemple, la question identitaire, les libertés individuelles, l’égalité homme femme et la libération de la religion du champ politique.

« La transition démocratique est une évidence, il faut des préalables démocratiques non négociables avant d’entamer la rédaction de la constitution » a-t-il précisé.

A la fin, il a rappelé que la constitution doit définir le système de gouvernance. « Nous avions une constitution qui a enfanté d’un régime hyper-présidentiel avec des prérogatives illimités pour le président. Cela a donné un système autoritariste où le Président nomme tout le monde, dégomme tout le monde à sa guise » A-t-il ajouté.

Il s’est étalé sur le projet de l’état unitaire-régionalisé comme une sortie de crise pour l’Algérie et l’Afrique de nord.

Slimane Chabane

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :