Quand les députés du RCD se mettent en unité d’intervention juridique au service des jeunes détenus

La journée d’hier était très chargée pour les députés RCD. Fetta Sadat, Atmane Mazouz et Nora Ouali ont fait la tournée de tous les commissariats de l’Algérois pour libérer des centaines de jeunes détenus par les forces de répression déployées par le régime militaro-policier du général Gaïd Salah , dès les premières heures de la matinée.

Le trio parlementaire s’est transformé en une véritable unité d’intervention juridique pour venir en aide aux réprimés du système. Les familles et amis les appellent de partout.

Dès les premières démarches libératrices, le député  Atmane Mazouz, qui vient chaque vendredi de Béjaïa, n’arrête pas de faire le point de la situation, sur  les réseaux sociaux pour informer le public et surtout rassurer les familles.

Nora Ouali a commencé sa journée sur les chapeaux de roue. Tôt la matinée de ce vendredi, elle croise le fer avec les policiers du commissariat de Ruisseau. Ces derniers ont arrêté des jeunes parce qu’il roulaient à Alger avec un véhicule ….  immatriculé à Béjaïa. Un grand délit aux yeux d’un régime en extrême panique !

Fetta Sadat, devenue l’icône des jeunes détenus pour sa disponibilité permanente depuis le début du mouvement populaire, est toujours sur le front. Elle ne rentre chez elle qu’une fois rassurée du sort de tous.

Au bout d’une journée de course infernale pour localiser les lieux de détention et forcer les responsables sécuritaires à libérer les détenus injustement arrêtés, tous les jeunes sont rentrés chez eux libres. Malgré la fatigue, Atmane Mazouz a pris le chemin du retour à Béjaïa la nuit pour honorer d’autres engagements politiques.

Chaque vendredi, Fetta Sadat et Atmane Mazouz, auxquels s’est jointe hier Nora Ouali, sillonnent les commissariats d’Alger et de Tipaza à la recherche des détenus politiques du système. Leur statut de député a finalement servi la cause citoyenne. Et c’est ce qui explique en bonne partie le choix du gel de l’activité parlementaire de ces députés , plutôt que la démission.

Nadia Mehir

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :