Taleb El Ibrahimi, ce plan de transfert de pouvoir entre grabataires du régime

Depuis une semaine, le nom d’Ahmed Taleb El Ibrahimi revient avec insistance dans les médias proches du pouvoir et dans les carrés pro-islamistes comme le joker qui pourrait désamorcer la crise actuelle. Son portrait est brandi surtout dans le constantinois où l’association des Ulémas Musulmans a de tout temps bonne presse. Est-ce la nouvelle carte sur laquelle misera le chef d’état major pour sortir ses bottes du bourbier de la révolution en marche ? Tout est possible.

Ahmed Taleb El Ibrahimi, fils de l’un des fondateurs de l’association des Ulémas, malgré l’agitation des réseaux affidés au régime, ne pourra pas faire consensus au sein du mouvement populaire du 22 février qui demande du sang jeune et neuf. L’homme s’étale comme pièce de rechange à Bensalah ( 77 ans ) avec trois handicaps de taille : son âge qui s’approche des 90 ans ( né en 1932 ), son long passage aux différents gouvernements du temps du parti unique et ses idées pro-islamistes et panarabistes. Son rappel au service serait une nouvelle atteinte à la dignité Algérienne, et elle sera un nouveau séisme de la même amplitude que celle de la désignation de l’infirme Bouteflika au 5e mandat. La révolution extraordinaire des jeunes Algériens mérite mieux qu’un transfert de pouvoir entre grabataires du régime.

L’ancien ministre de l’éducation nationale et des affaires étrangères du temps de Boumedienne et de Chadli s’est distingué durant les deux mois et demi de la révolution citoyenne par un silence radio assourdissant et un détachement total de l’actualité nationale. A une chaine orientale, il avait annoncé son retrait définitif de la scène politique. Tiendra-t-il parole ou va-t-il succomber aux appels par procuration du général ? Dans ce deuxième cas, il risque de finir dans les mêmes sales draps que son collègue Lakhdar Brahimi.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :