Lacrymogène et intimidation contre des manifestants à Alger : le pouvoir fait usage de la répression

Les tenants du pouvoir sont sérieusement agacés. Le rejet de tous leurs plans et le maintien de la mobilisation populaire réclamant le départ du système les font sortir de leurs gans. Ils retrouvent leur nature répressive.

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

Pour ce 13e vendredi de mobilisation, le pouvoir a mis en place un impressionnant dispositif policier pour tenter d’intimider les manifestants qui affluaient à Alger-Centre dès les premières heures de la matinée.

Les forces de police, mobilisées en grand nombre ce matin, ont bouclé l’esplanade de la Grande Poste qui accueillait, depuis le début de la mobilisation populaire, les premières foules de manifestants. Et face aux tentatives de ces derniers de reconquérir cet espace, les forces de l’ordre font usage de gaz lacrymogène et de violence contre des manifestants armés, seulement, de slogans et de rêve d’un changement pacifique du système.

En plus de ces tentatives de répression à Alger, les forces de la police et de la gendarmerie ont été aussi instruites de renforcer les barrages au niveau de tous les axes routiers menant vers la capitale. Après avoir tenté d’organiser une manifestation de soutien à Gaïd Salah, jeudi dernier au niveau de la Grande Poste, qui a été un grand échec, le pouvoir veut, semble-t-il, tenter la répression pour venir à bout de cette grandiose mobilisation.

Massinissa Ikhlef 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :