Vendredi – Acte 14 : Les femmes ciblées par des agressions à Mostaganem et Bouira

La journée d’hier était entachée par une agression et tentative d’agression à l’égard des femmes à Mostaganem et Bouira.

A  Mostaganem, une mouche du général Gaïd Salah est passée à l’action. une jeune enseignante de l université Abd El Hamid Ibn Badis, Madame Benneghrouzi Fatima Zohra, très impliquée dans le mouvement populaire a fait, hier vendredi, l’objet d’une agression de la part d’un individu agacé par les slogans anti système qu’elle scandait .

D’après des témoignages, le sinistre individu , non satisfait des paroles obscènes proférées, s’est saisi du mégaphone de l’enseignante et l’a cassé.

Les femmes progressistes du RCD à Mostaganem ont dénoncé avec vigueur « cet acte de violence et d intimidation, qui va à l encontre de l esprit pacifique du Hirak et du civisme ». Et « elles expriment leur totale solidarité avec l enseignante agressée ».

Les femmes de Bouira auraient aussi subi une agression presque similaire si ce n’était la ferme réaction des marcheurs. Vers 15 h 30, la foule est arrivée au niveau du quartier dit « château d’eau », des jeunes islamistes essayent d’arracher à des marcheuses et des marcheurs des affiches appelant à l’égalité entre citoyens. Les gardiens du temple de la religion, se croyant dépositaires de la volonté divine et des mœurs de la société, persistent mais ils trouvent en face d’eux des citoyennes et citoyens décidés et déterminés à se défendre et à défendre leurs convictions. Ils persistent à brandir leurs pancartes égalitaires. On en arrive presque aux mains. Des marcheurs s’interposent et les nervis intolérants reculent et disparaissent au milieu de la foule qui les happe et les phagocyte.

Nadia Mehir / Chabane Slimane

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :