19e vendredi de mobilisation : la députée Fetta Sadat et des militants du RCD embarqués

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le pouvoir réel semble avoir décidé à réprimer les marches pacifiques de vendredi. Après avoir salué leur caractère pacifique en prétendant vouloir accompagner le mouvement populaire et satisfaire ses revendications, les tenants du pouvoir, excédés par le rejet de leur feuille de route, passent maintenant à la répression. Le siège du RCD est attaqué par la police. La députée Fetta Sadat et des militants sont brutalisés et embarqués. Les Tasers ( pistolets électriques ) sont utilisés.

Ce matin des dizaines de manifestants ont été violemment interpelés et embarqués à Alger, complètement quadrillée par des policiers. En effet, Alger la blanche est devenue bleue (couleur de la police). Un dispositif policier particulièrement important est déployé au cœur de la capitale dès les premières heures de la matinée.

En civile et en uniforme, les agents de police procèdent à la fouille systématique des passants à la recherche, visiblement, du drapeau Amazigh déclaré interdit par le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah.

Ils ne se sont pas limités à cela. Les policiers embarquent manu militari plusieurs manifestants, même s’ils ne brandissaient aucun drapeau ou pancarte. « Il y avait même des interpellations de femme en robe traditionnelle Kabyle et des jeunes en T-shirt de la JSK », dénoncent des témoins qui ont posté des messages sur les réseaux sociaux.

La police procède à de très nombreux contrôles d’identité, sans motif apparent, et une dizaine de personnes contrôlées ont été arrêtées et embarquées dans des fourgons. Il s’agit là d’une grave atteinte à la liberté de manifester qui n’augure pas de lendemains meilleurs pour le pays.

Selon des témoins, le siège régional d’Alger du rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) est quadrillé par les forces anti-émeute qui ont brutalisé des militants du parti. « Moi-même, ils (policiers) m’ont molestée. Il m’ont arraché de force mon emblème Amazigh », dénonce la députée Fetta Sadet. La députée a été ensuite embarquée par la suite en compagnie de plusieurs militants.

« La police au niveau du 87 rue Didouche Mourad, ont usé des Tasers contre les militantes et les militants du RCD. Ils attaquent le siège d’un parti national agréé », précise Reda Boudraa, cadre du parti et élu à l’APW de Bejaia, sur sa page Facebook. Le journaliste Bouzid Ichaalalen, responsable du site d’information, Interligne Algérie, a été aussi interpelé

Selon lui, la militante Samira Messouci « a été carrément embarquée par les hommes en bleu ».

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :