Bouira : Colère populaire contre l’incarcération des porteurs d’emblèmes amazighs

Des actions de protestation ont exprimé, aujourd’hui à Bouira, la colère populaire contre l’arrestation puis l’incarcération d’une vingtaine de manifestants le 18éme vendredi de manifestation contre le système. Le « crime » de ces jeunes a été d’avoir arboré le 21 juin à Alger l’emblème nord-africain de l’identité amazighe, un drapeau brandi partout dans les pays du Maghreb et du Sahel.

Ainsi, de nombreux citoyens ont tenu un sit-in devant la cour de Bouira. Ils ont exigé la libération immédiate des prévenus mis sous mandat de dépôt hier, par les juges d’instruction près le tribunal de Sidi Mhamed et de Bab El Oued. Les protestataires ont brandi des affiches qui dénonçaient « la dictature militaire » qui s’installe et ont scandé les slogans du mouvement citoyen du 22 février : « pouvoir assassin », « ulac smah ulac » et « système dégage ». Les membres du collectif libre de la ville de Bouira se sont joints à la manifestation.

Une autre action de protestation a eu lieu un chef-lieu de la daïra de Haizer d’où sont originaires trois des personnes arrêtées. Une grève générale à laquelle a appelé la population, a été suivie à 100/100 aussi bien par les commerçants que les fonctionnaires et autres travailleurs. Les sièges de la daïra et de l’APC ont été fermés par les citoyens dès la matinée.

Ces actions augurent d’autres dans les jours à venir car la population ne compte ni laisser ses enfants moisir dans les geôles du régime ni abandonner son combat pour le départ du système.

D’ailleurs, à l’heure où nous mettons sous presse, un meeting se tient à Haizer pour décider des actions à entreprendre pour la libération de tous les détenus.

Slimane Chabane

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :