Bouira, commémoration du printemps noir, perspicacité des citoyens

 

Les dizaines de milliers de citoyens qui ont marché à Bouira, ce 17e vendredi, n’ont pas été dupés par l’incarcération des symboles du régime de ces trois derniers jours. « Ce sont des règlements de comptes qui ne nous intéressent pas », « la justice du téléphone, on sait ce que ça donne à la fin », « les injonctions à la justice, on en a vu » sont les réponses apportées par les citoyens à la tentative avortée, encore une autre, de dévier et/ou de faire oublier les revendications capitales du mouvement du 22 février.

Quoique certains marcheurs aient montré, au tout début de la procession, contentement et plaisir de savoir, entre autres, « celui qui voulait les priver de yaourt », « celui qui les a insultés » et « celui de la politique spectacle » derrière les barreaux, ils sont tout de suite revenus à la réalité.

Et la réalité, c’est de ne pas perdre de vue la dignité des Algériens réappropriée depuis 17 semaines. C’est avec les slogans « ulac smah ulac » (pas de pardon) et « pouvoir assassin » que les marcheuses et marcheurs, après une minute de silence à la mémoire des 126 martyrs tombés en 2001, ont entamé la manifestation.

Les revendications du mouvement populaire ont repris leur place au sein de la foule. Que ce soit « tasqut hukumat laisabat » (que tombe le gouvernement de la bande), « système dégage », « FLN, RND dégagent », tout est écrit sur des affiches, pancartes ou banderoles.

La libération des détenus politiques a été également au centre des demandes des citoyens avec le rejet de l’Etat militaire et la demande d’installation d’un Etat civil. « Y en a marre des généraux » a aussi été scandé et répété avec force et conviction.

« Une période de transition sans les militaires et comme la veut le peuple » reste une des exigences vitales de la population.

Chabane Slimane
slimanechabane@yahoo.fr

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :