- Advertisement -

Les élus progressistes dénoncent une « opération de chasse aux citoyens »

L’arrestation des militants RCD dont l’élue à l’APW de Tizi ouzou, Samira Messouci et la brutalisation de la députée Fetta Sadat ont été dénoncées avec fermeté par l’exécutif national des élus progressistes. Dans un communiqué rendu public en cette fin de journée, l’instance des élus progressiste condamne une « opération de chasse aux citoyens, manifestant pacifiquement, brandissant des pancartes dont des slogans hostiles à Gaïd Salah et porteurs des drapeaux amazigh, ou habillées en tenues et robes kabyles ». Cette opération est considérée par les élus progressistes comme étant « l’image de ce qui reste d’un système en décomposition et d’un régime autoritaire rejeté par l’ensemble des Algériens depuis le début du mouvement le 22 février 2019 ».

N M

Communiqué:

Pour le deuxième vendredi de suite dans la capitale, en ce jour du 19e acte des marches populaires, le pouvoir en place s’est encore une nouvelle fois attaqué à des marcheurs pacifiques avec une violence policière que rien, absolument rien, ne justifie.

Des policiers, en civil et en tenue, très remontés et agissant visiblement sur instruction du chef de l’Etat-major, Ahmed Gaïd Salah, se sont attaqués au siège du bureau régional du RCD d’Alger (Didouche Mourad) et ont procédé à des arrestations musclées de plusieurs citoyens, militants et élus du RCD, dont la députée Fetta Sadat et l’élue de l’APW de TiziOuzou et membre du bureau des élus progressistes, Samira Messouci.

Cette opération de chasse aux citoyens, manifestant pacifiquement, brandissant des pancartes dont des slogans hostiles à Gaïd Salah et porteurs des drapeaux amazigh, ou habillées en tenues et robes kabyles, est l’image de ce qui reste d’un système en décomposition et d’un régime autoritaire rejeté par l’ensemble des Algériens depuis le début du mouvement le 22 février 2019.

Le bureau national des élus progressistes du RCD dénonce vigoureusement ces arrestations arbitraires de citoyennes et de citoyens pacifiques et condamne cette violente répression qui n’a de but que de créer la terreur et tenter de semer la peur afin de briser ce mouvement populaire qui a émerveillé le monde entier par son caractère pacifique.

La nouvelle stratégie du pouvoir dans la répression des manifestants pacifiques est un signe que la dictature militaire tente de s’installer suite à l’impasse politique dont le système s’est retrouvé.

Le bureau national des élus progressistes du RCD exige la libération immédiate et inconditionnelle de tous les détenus d’opinion et l’arrêt de toutes les procédures et poursuites judiciaires enclenchées contre tous les citoyens victimes de l’arbitraire du système.

L’exécutif national des élus progressistes du RCD appelle les Algériennes et Algériens à se mobiliser et à venir en masse ce dimanche 30 juin pour se solidariser avec Samira Messouci et tous les autres citoyens qui passeront devant le procureur de la République auprès du tribunal de Sidi M’hamed afin d’exiger leur libération et celles de tous les détenus de ce mouvement.

Alger, le 28 juin 2019,
L’exécutif national des élus progressistes.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: