Les manifestants arrêtés sont accusés d’atteinte à l’unité nationale

Atteinte à l’unité nationale, atteinte à corps constitué et port d’arme sont les chefs d’accusation que doivent affronter les manifestants arrêtés vendredi passé lors d’une rafle qui n’a rien à envier, dans sa forme et sa logique, à celle de Vel d’hiv en 1942 en France. L’opinion publique nationale qui suit de près les suites judiciaires de cette affaire honteuse pour l’Etat s’attendait à tout sauf à ces chefs d’inculpation sortis apparemment tout droit du képi du Général Gaïd Salah.

L’abus de pouvoir dont sont victimes ces jeunes manifestants pacifistes, béni par l’appareil judiciaire prouve que la justice Algérienne n’a pas encore coupé le fil téléphonique qui la relie au centre des décisions arbitraires.

Une foule de citoyens s’est rassemblée devant le tribunal de Sidi M’hamed pour apporter le soutien nécessaire aux détenus. Parmi eux, des membres du réseau en lutte contre la répression, des activistes de RAJ et beaucoup de militants du RCD qui ont répondu à l’appel à solidarité lancé hier soir sur les réseaux sociaux par le bureau régional d’Alger. Plusieurs cadres du RCD dont la député Fetta Sadat sont aussi sur le terrain pour apporter leur soutien.

Maitre Sadat qui s’exprimait face à la presse a qualifié ces arrestations de « dérapage malheureux, d’une dérive, d’une manipulation et d’une énième provocation »

Abdelhamid Laibi

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :