Sa santé se détériore dangereusement : Louisa Hanoune boucle un mois de détention politique arbitraire

L’état de santé de Louisa Hanoune qui souffre de plusieurs maladies chroniques se détériore dangereusement et le bureau politique du PT exprime une vive inquiétude à son sujet. La justice militaire refuse tout contact entre la délégation médicale dépêchée par le parti et le personnel médical de la prison civile de Blida où elle est incarcérée depuis le 09 mai dernier.

Le bureau politique du PT qui se félicite de l’étendue de la campagne de solidarité nationale et internationale pour la libération de Louisa Hanoune, annonce dans un communiqué, diffusé hier samedi, que « le 20 juin 2019 sera consacré journée internationale dédiée à l’exigence démocratique de libération d’un responsable politique emprisonné pour ses positions politiques ». « Lors de cette journée dans plusieurs pays, des dizaines rassemblements et de délégations se tiendront devant les ambassades et les consulats algériens pour déposer des motions exigeant la libération de Louisa Hanoune », précise le document.

Le Bureau politique du PT dénonce « l’injuste et incompréhensible maintien de Louisa Hanoune en détention provisoire alors qu’elle présente toutes les garanties légales de rester à la disposition de la justice ». Il révèle à l’opinion publique que « la santé de Louisa Hanoune, atteinte de plusieurs maladies chroniques, se détériore dangereusement nécessitant les meilleures conditions de soins hors du milieu carcéral où elle est jetée depuis un mois. Elle a, elle-même, alerté la direction du pénitencier de Blida sur plusieurs malaises qu’elle a eu depuis son emprisonnement ».

Par ailleurs, l’instance dirigeante du PT dénonce une campagne de déstabilisation du parti menée par « les députés qui ont choisi de rester à l’APN en violation de la décision du BP (démission du groupe parlementaire du PT) du 26 mars 2019 et des résolutions votées à l’unanimité du comité central du 5 avril 2019 ». Le PT estime que ces députés non-démissionnaires ont rejoint « la contre-révolution » et travaillent dans le sens de « changer la nature du parti ».

Nadia Mehir

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :