Festival « Raconte-arts » : Sahel accueille la 16e édition

 Depuis hier, mardi 16 juillet, le Festival « Raconte-arts » s’est posé dans un nouveau village de Kabylie.

Durant une décade, les festivaliers seront, en effet, les hôtes du village de Sahel, petite commune de Bouzeguène, à quelques 60 km du chef-lieu de wilaya, Tizi-Ouzou.

Après Bouzeguène et Iguersafen, la daira de Bouzeguène accueille ce rendez-vous itinérant pour la troisième fois en 16 ans d’existence. Ce qui n’est pas pour déplaire aux habitants de la région qui semblent apprécier cette communion avec ces artistes multidisciplinaires venus de toute l’Algérie et même d’ailleurs.

Il faut dire que Sahel a l’habitude de recevoir du monde, elle dont le célèbre festival de la figue de barbarie revient chaque mois d’août depuis 12 ans déjà. Cette année, c’est la culture dans tout son éclectisme qui sera célébrée. Poètes, musiciens, écrivains, photographes, cinéastes, et on en oublie encore se donneront rendez-vous dès aujourd’hui, dans cette nouvelle contrée de Kabylie comptant quelques quatre mille âmes, pour vivre au rythme de la création dans toute sa diversité. Parmi les grands noms attendus figurent notamment Cheikh Sidi Bemol, Akli D., Samira Brahmia, Mustapha Benfodil,…etc

Durant de longs mois, c’était le branle-bas de combat au village pour la préparation de cet événement (lieux d’expositions et d’activités artistiques, sécurité, restauration, hébergement, transport, …), aujourd’hui, tout est fin prêt pour accueillir les milliers de visiteurs attendus.

Il faut noter que cette année, le thème générique retenu par les organisateurs est « Nedjma, l’inextinguible matière », en hommage à l’écrivain, poète et dramaturge Kateb Yacine, à l’occasion de la commémoration du trentième anniversaire de son décès. Par ailleurs, « Raconte-arts » fera la part belle à l’environnement et à la femme de Sahel, dont l’implication dans la lutte contre les déchets la met en bonne place dans le concours «Rabah Aïssat», du village le plus propre.

Lancé en 2004 à Beni Yenni par Denis Martinez et Hacène Metref, en collaboration avec la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques de Tizi Ouzou, le Festival « Raconte-arts » n’a cessé de se bonifier au fil des ans. Aujourd’hui, c’est l’un des rendez-vous-phares de la culture dans les villages de Kabylie car il est à chaque fois l’occasion de célébrer dans la communion la culture et l’art avec les us et traditions.

Kahina A.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :