Forum du dialogue national : « la libération des détenus et départ des symboles de l’ancien système »  

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les participants au forum pour le dialogue national, organisé aujourd’hui à Alger, semblent enfin accepter la réalité. Même s’ils restent acquis entièrement à la démarche du pouvoir tendant à organiser un dialogue en vue d’aller vers une présidentielle, ils corrigent leur copie en posant des conditions pour la réussite de ce processus.

Ils appellent à l’ouverture de ce dialogue à toutes les forces politiques, à « l’exception du personnel politique impliqué dans des affaires de corruption ou qui a soutenu le 5ème mandat du président déchu, Abdelaziz Bouteflika ».

Dans un communiqué rendu public à l’issue de la rencontre, ils exigent aussi l’installation d’un gouvernement de compétences nationales et le départ de toutes les figures de l’ancien régime. Des préalables repris dans la feuille de route du Forum adoptée à l’issue de la conférence.

Ce document énumère une série de mesures à prendre en vue de réinstaurer la confiance. « La sortie de cette impasse politique passe par la mise en place de mesures devant réinstaurer la confiance et préparer le climat nécessaire au dialogue. Ces mesures doivent porter sur la reconnaissance des revendications légitimes du mouvement populaire, la mise à l’écart des symboles de l’ancien régime, l’ouverture du champ politique et médiatique avec la levée de toutes les contraintes », précise-t-il.

 Libération des détenus

Le texte insiste aussi sur la nécessité de sécurisation des marches populaires avec la cessation du harcèlement des manifestants, le respect des libertés individuelles et collectives, l’arrêt des interpellations des manifestants et le respect des principes de la justice libre et indépendante.

Les participants, dont Abdellah Djaballah, Sadek Dziri, Sofiane Djilali et Ali Fawzi Rebaine et le sociologue Nacer Djabi ont aussi réclamé la libération de tous les détenus d’opinion, dont le Moudjahid Lakhdar Bouregaâ et les jeunes porteurs du drapeau Amazigh.

Outre le dialogue et les préalables, les participants ont défini leur position par rapport à la dernière offre du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah. Certains intervenants ont relevé, en effet, des « points positifs » dans cette offre, dont notamment la non-participation de l’Etat au processus du dialogue.

Il est à signaler que ce forum s’est tenu sans la présence de plusieurs acteurs d’opposition, dont les forces de l’alternative démocratique qui ont décliné l’invitation. Les personnalités nationales annoncées  n’ont pas répondu présents.

Seul Ahmed Taleb El Ibrahimi a, selon Abdelaziz Rahabi, coordinateur de l’instance de préparation de ce Forum, a envoyé un message pour s’excuser. Certains présents n’ont pas pris partie à la rencontre pour adopter la feuille de route du Forum, mais pour exposer leurs propres propositions. C’est le cas des dynamiques de la société civile et du président du parti, Jil Jadid, Sofiane Djilali.

Massinissa Ikhlef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :