La position du RCD vis-à-vis de l’Armée : Les éclaircissements de Mohcine Belabbas

Lors de la conférence de presse collégiale organisée par les signataires du pacte politique pour l’alternative démocratique, Mohcine Belabbas, président du RCD, a tenu à éclaircir la position politique prise en 1992 en faveur de l’arrêt du processus électoral et que certains cercles mal intentionnés tentent désespéramment à coller au parti progressiste comme une casserole politique qui n’en est pas une.

Avec le discours franc qu’on lui connait, Mohcine Belabbas a précisé que  la position en faveur de l’arrêt du processus électoral en 1992 est dicté par l’urgence de stopper une dérive totalitaire que le parti du FIS allait faire subir au pays. « Les responsables de ce parti avaient clairement et publiquement annoncé qu’ils mettraient fin aux processus électoraux dès qu’ils prendront le pouvoir car ces mécanismes, selon eux, sont en contradiction avec la chariâa », explique Mohcine Belabbas qui ajoute que « si demain le RCD, le FFS, le MSP ou n’importe quelle autre partie tente d’accéder au pouvoir avec ce même projet liberticide et ces intentions totalitaires, je serai au premier front pour lui barrer la route ».

« Maintenant que l’armée s’était alignée à l’époque sur notre position, c’est une autre affaire », dit encore Mohcine Belabbas.

Abordant la question de l’armée et son statut dans le champs politique national, Mohcine Belabbas a rassuré que les positions du RCD ne sont pas contre l’Armée nationale populaire. « Au contraire, lorsque nous exigeons le retrait de l’armée du champs politique, nous participons à l’effort de la protéger, la soutenir et la renforcer dans son rôle fondamental de sécurisation du pays. Ce qui nous dérange est cette propension démesurée du vice ministre de la défense à s’arroger des droits qu’il n’a pas. C’est ce penchant du vice ministre à rester chef de l’armée alors qu’il a dépassé les 80 ans. L’armée nationale populaire regorge de jeunes compétences et il est inadmissible que cette institution se décline aux yeux du monde avec un vieillard à sa tête », martèle Mohcine Belabbas. « Le commandement national de notre armée doit se rajeunir. Même la loi de 2006 le préconise. je n’invente absolument rien sur ce chapitre. Tous les pays et tous les peuples aspirent à avoir une armée forte, jeune et compétente. C’est notre rêve aussi », ajoute encore le très jeune président du RCD avec son courage de dire habituel.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d blogueurs aiment cette page :