Maintenant que la bouée Rahabi s’est dégonflée, que va faire le pouvoir ?

A peine, elle a fait quelques pas, l’alliance islamo-conservatrice en faveur de la fiche de route de Gaïd Salah s’effiloche. Des heures après la clôture des travaux de la conférence du dialogue national organisée à Ain Benian, tout le monde saute du navire. Même Abdelaziz Rahabi, l’ancien diplomate missionné par le pouvoir pour rassembler tous les tessons du système explosé, sa clientèle et tout ce que compte la scène nationale comme opportunistes,  jette l’éponge.

Lakhdar Benkhellaf, Président du Conseil national d’El Adala, qui tirait la veille de la conférence sur les démocrates boycotteurs, change son fusil d’épaule. Dans une émission TV, il tombe à bras raccourcis sur Abdelaziz Rahabi. Ce dernier leur aurait rasé, Djaballah et lui, la barbe de près.

Même Djilali Sofiane, président de Djil Djadid, court vers les réseaux sociaux pour défaire ses fils. Il tente tant bien que mal d’expliquer le diable qui l’a habité en allant vers cette rencontre et tente de blanchir son col.

Le projet de Rahabi est un mort-né. Le pouvoir qui est rentré dans la non-constitutionnalité à partir d’hier voit sa dernière bouée de sauvetage dégonflée et n’a désormais plus qu’une balle à se mettre dans la tête. Sauf s’il revient à la raison et lâche son arrogance.

Abdelhamid Laibi

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :