Slimane Chenine, président du parlement : le régime officialise son alliance avec les islamistes

Certes inhabituel mais logique. L’islamiste Slimane Chenine, de l’Union Ennahda-Adala-Bina est le nouveau  président de l’Assemblée populaire nationale (APN). Il remplace à ce poste  Mouad Bouchareb, éjecté dans un jeu de fausses concessions à la révolution populaire.

Slimane Chenine est plébiscité par les groupes du FLN, RND, TAj, MPA et le Front El Moustaqbal. Son installation à la tête du parlement est une sorte de dot donnée au courant islamiste pour sceller définitivement et au grand jour l’alliance politique islamo-conservatrice.

De tout temps, le courant islamiste s’offre en bras de soutien au régime militaire quand ce dernier est en mauvaise passe avec le courant démocrate. Et il est tout à fait dans l’ordre des choses quand on voit ce courant rétrograde mener un branle bas de combat avec les conservateurs du régime pour sauver le trône. Sans projet de société viable, les islamistes s’adonne allégrement aux jeux d’alliance avec le régime pour garder un semblant d’existence sur la scène. Le pouvoir assiégé par la révolution démocratique en marche trouve en eux une aubaine inespérée. D’où cette largesse institutionnelle.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :