Bouira en marche, le pseudo dialogue dénoncé, les élections refusées, la transition démocratique réaffirmée

La population de la région de Bouira a battu le pavé en ce 25éme vendredi de mobilisation contre un système qui n’arrive pas à trouver ses marques et qui se perd dans « ses » commissions, « ses » sociétés civiles et les dispositions qui l’arrangent d’une constitution qu’il a maintes fois violée.

Ce système en fin de vie que les manifestants, de plus en plus nombreux vers cette fin d’été, ridiculisent par toutes sortes de blagues et autres canulars. Les marcheurs qui ont rappelé l’appel à la désobéissance civile contre le régime qui, après avoir perdu la boussole politique, tourne en rond et fait dans le rafistolage et le bricolage. L’exigence d’ « un Etat civil et non militaire » a été réaffirmée.  

Ce 09 aout, la marche de Bouira s’est voulue édifiante et représentative en matière de slogans et de revendications populaires à l’instar de toutes celle qui ont eu lieu au niveau national.

La libération des détenus politiques et d’opinion a été un des leitmotivs des marcheurs toute la durée de la procession.

Le pseudo dialogue « initié par la bande et dirigé par un de ses valets » a été tout simplement dénoncé et déclaré « ne représente pas le peuple = s’hab lhiwar ma ymetlunech. »

Quant aux élections présidentielles auxquelles tient Gaid-Salah, comme à la prunelle de ses yeux, la population de la wilaya de Bouira les refuse si un seul symbole du régime est parmi leurs organisateurs, principalement « Bedoui le fraudeur. »

Les citoyens on réaffirmé, « conformément à l’article 7 de la constitution qui stipule que le peuple est source de tout pouvoir » leur attachement à une transition démocratique de rupture avec un système qui « a ruiné le pays et forcé nos enfants à l’émigration clandestine » en se jetant à la mer, (klitu leblad, hadjertu lewlad).

Il devient de plus en plus incontestable maintenant qu’après 57 ans de gabegie et de rapine, entre le citoyen et le pouvoir, la rupture est consommée, la confiance envolée, le divorce définitif.

 Slimane Chabane

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :