Le RCD dénonce la fausse bipolarisation du pouvoir et démasque Gaïd Salah

Le secrétariat national du RCD dénonce dans un communiqué diffusé aujourd’hui, à l’issue d’une session ordinaire, la fausse bipolarité que le pouvoir tente d’imposer sur la scène nationale pour focaliser le débat sur deux fausses solutions qui procèdent d’une même option : celle d’aller au plus vite vers une présidentielle et court-circuiter le choix de la transition démocratique. L »instance du RCD  dépeint au passage le chef d’état major comme l’incarnation de la 3issaba.

« Le choix de créer des divergences artificielles entre les tenants d’une présidentielle sans conditions ni préalables avec un autre pôle du même système qui serait pour des mesures d’apaisements avant la fixation de la date d’un scrutin présidentiel ne trompe personne », estiment les rédacteurs du communiqué.

Pour le RCD, « la 3issaba est désormais incarnée par le chef de l’Etat-major au compte de l’ensemble du système. Elle a pour unique objectif sa régénérescence par une opération de lifting sous contrôle. L’installation d’une commission dite de dialogue national ou l’intrusion de mots d’ordre et de faux débats sur la désobéissance civile, en ce moment précis, visent à marginaliser la seule option de rupture viable, à savoir la transition démocratique et pacifique qui demeure la revendication de la majorité des animateurs et des acteurs du mouvement du 22 février ».

S’agissant du dossier des détenus d’opinion, le RCD refuse tout marchandage. « la réhabilitation des détenus d’opinion dont les porteurs de l’emblème amazigh ou de tous ceux qui , aux yeux du pouvoir, ont commis comme “délit” l’affirmation publique de leurs opinions et de leurs convictions à l’image du Commandant Bouregaa, du général à la retraite Benhadid qui risque de mourir en prison ou de Ali Ghediri ne peuvent faire l’objet d’aucun marchandage », lit-on dans le document.

Le RCD considère que « la lame de fond du soulèvement populaire du 22 février ne peut être une simple parenthèse dans la vie de la Nation ». Il appelle par conséquent « l’ensemble des acteurs de cette période cruciale pour l’avenir de notre pays à entendre les cris de l’Algérie profonde qui bat le pavé depuis bientôt six mois pour l’avènement d’un avenir meilleur pour les générations future, à privilégier le devoir patriotique pour hisser notre pays dans le sens de l’Histoire et à honorer les sacrifices de notre peuple pour retrouver le chemin de la liberté, du progrès et de la justice ».

Par ailleurs, le RCD attend beaucoup de la convention nationale du 31 Août prochain qui est « est l’antithèse de la thèse qui voudrait réduire la contestation populaire à une crise de pouvoir et qui trouverait son épilogue dans l’organisation d’une nouvelle élection présidentielle, saupoudrée de quelques garanties, par ailleurs, précisément, impossibles à réunir dans le cadre du système politique actuel ».

« Les espaces de débats actuels procèdent de la préparation de cette convention. Les résolutions attendues de ce rendez-vous, programmé pour la veille d’une rentrée sociale, compliquée par les errements d’un gouvernement illégitime, visent à construire et à consolider les convergences entre tous les forums et les initiatives démocratiques qui animent majoritairement le mouvement populaire », explique le secrétariat national du RCD.

Nadia Mehir

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :