- Advertisement -

Vendredi 28 : La police tente de morceler la marche d’Alger et procède à des interpellations

Le pouvoir continue d’innover en matière de répression du mouvement populaire. Après le siège imposé à Alger, empêchant des milliers de citoyens de manifester dans leur capitale, la fermeture de l’esplanade de la grande poste sous prétexte que les marches de l’édifice menacent ruine, les multiples encerclements du siège du RCD, lieu de départ du plus grand contingent de la marche, les forces de police se sont massivement dressées, à l’occasion de ce 28e vendredi, en barrage bleu à la place Audin pour empêcher la connexion entre les manifestants descendant de la rue Didouche et avec ceux qui viennent de Bab El Oued, la Casbah ou d’El Harrach et Bab Ezzouar.

Les rues commencent à grouiller de monde. Tout dit que les flots humains qui arrivent de partout finiront par faire tomber ses barrages policiers qui ne font que traduire la panique du pouvoir en place.

Sur un autre plan, la police a interpellé quelques citoyens qui ont brandi des pancartes rejetant les élections ou exprimant une opposition à Gaïd Salah, rapportent plusieurs témoignages.

Nadia Mehir

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: