- Advertisement -

32e rassemblement des Algériens du Canada : Les youyous de la Victoire !

La magnifique journée ensoleillée d’hier, à Montréal, s’y prêtait agréablement à cette ambiance festive avec laquelle s’était ébranlé le 32e rassemblement des Algériens du Canada. Sous un ciel bleu azur de ce dimanche automnal et les couleurs chatoyantes des emblèmes algérien et amazigh qui se côtoyaient merveilleusement dans leur flottement par-dessus la tête de la masse des manifestants, l’arène des révolutionnaires algériens du Canada semblait accueillir allègrement cet énième round du combat libérateur de l’Algérie contre le général major Ahmed Gaïd Salah. Le la était donné par les belles et vaillantes femmes algériennes, présentes comme toujours en grand nombre, qui poussaient des youyous à donner la chair de poule et impulser, du coup, dans le cœur des présents l’espoir d’une Victoire certaine du peuple algérien sur le royaume de la « 3issaba ».

Après cette entrée émotionnelle, s’ensuivirent tout de go le slogan phare en cette circonstance de forcing électoral «ulacl’vot, makanch l’vot» et le récurrent « tahya ldjazaïr» , qui fusaient telles des salves de torpilles de la bouche des animateurs du rassemblement de la place du Canada à l’encontre du nouveau Pinochet algérien et de son staff immédiat.

Outre, les slogans réguliers accompagnant les manifestations « L’armée dans les casernes », « Non à la dictature», « Non au recyclage des mercenaires politiques», « Libérez les détenus d’opinion », « Pouvoir au peuple », l’accent a été mis cette fois-ci sur le rejet des élections du 12 décembre que le chef de l’état-major de l’armée, Gaïd Salah, veut imposer contre la volonté populaire. Dénoncées par la voix des animateurs du rassemblement qui se relayaient au micro en entonnant des chants patriotiques, ces élections, qui seront assurément avortées comme celles du 04 juillet, ont été également prises à partie par des pancartes et autres banderoles où l’on pouvait lire « Non aux élections présidentielles », « Non aux élections de la mafia »…

En parallèle à ce rassemblement, à l’agora des débats qui se tient également à la place du Canada, le leitmotiv des intervenants était le refus catégorique de la présidentielle de décembre prochain. « On n’a pas besoin de ces élections [du 12 décembre]. On est devant un système dictatorial et totalitaire. Pour passer à un autre système de gouvernance, il faudrait une phase de transition », résumait dans ses propos la quintessence des messages de ce dimanche 29 septembre Kamel Amari, journaliste et analyste politique lors de son intervention. « Aller aux élections dans les conditions actuelles, c’est de l’arnaque [politique]… D’ici le 12, la mission du mouvement révolutionnaire, c’est de faire avorter ces élections », renchérit-il.

Abondant dans le même sens que les intervenants précédents, Nacer Bensefia, l’un des pionniers parmi les organisateurs et animateurs des rassemblements du dimanche à Montréal, a, quant à lui, tenu à rappeler dans un ton solennel l’un des objectifs essentiels de la révolution du Sourire : « Il ne faut pas personnifier le système en une personne. Parce qu’ils peuvent sauter Gaïd Salah et nous ramener un autre dictateur du même acabit ou pire que lui. Nous, ce que l’on veut, c’est déraciner définitivement cette mafia qui a ramifié ses tentacules en Algérie depuis 1962. »

Le décor était planté. Si la feuille de route de Gaïd Salah est déjà du passé, il faut désormais préparer la transition démocratique. Souhaitons que la place du Canada fera bientôt écho à d’autres youyous qui célébreront la naissance d’une nouvelle République, d’une nouvelle Algérie démocratique.

De Montréal : S. Amrane

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: