- Advertisement -

Après les menaces, il loue les vertus de la divergence : le double ton de Gaïd Salah

Le vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, continue de souffler le chaud et le froid. Il excelle visiblement dans le double langage. En effet, il vient de le prouver encore une fois aujourd’hui. Comme au lendemain des marches de 22 février dernier lorsqu’il avait traité les manifestants « d’égarés » avant de retirer ce passage de son discours pour se mettre sur la ligne du mouvement populaire, le chef d’état-major de l’ANP fait du même cette fois-ci encore.

Dans son discours d’hier, dans lequel il avait fixé même la date du prochain scrutin présidentiel en appelant à la convocation du corps électoral, le 15 septembre prochain, il avait adopté un ton menaçant à l’égard des forces politiques qui n’épousent pas sa feuille de route. Ce mardi, un autre jour, un autre ton.  il se ravise en évoquant les vertus de la divergence des points de vue.

En 24h00 l’homme qui détient, de l’avis de tous les observateurs, tous les pouvoirs adopte deux discours différents. Contrairement au ton adopté dans son texte de lundi, la réplique de ce mardi a été plutôt douce.

« La situation actuelle est une affaire algérienne interne qui nous concerne seuls, et exige nécessairement des solutions émanant de notre vécu et de nos expériences. Même si les points de vue divergent et les avis diffèrent sans mettre en péril notre cohésion, il nous appartient à nous seuls en tant qu’Algériens de parvenir, sans obstination ni entêtement, à ces solutions et à les employer de manière à dépasser notre crise sereinement, à se consacrer et se mobiliser ensemble au service de l’Algérie pour assurer son développement et son essor dans tous les domaines », déclare-t-il.

Ce faisant, Ahmed Gaïd Salah invoque l’histoire de l’Algérie et appelle « à méditer ses leçons » pour comprendre comment « le pays a réussi à triompher et sortir de ses crises plus forte et plus unie ». Poursuivant, il loue à nouveau la voie du dialogue.

« Nous sommes tous tenus de prendre conscience de la sensibilité de cette phase et d’être persuadés qu’adopter la voie du dialogue rationnel, honnête et sérieux, et d’œuvrer à sa réussite et son aboutissement, loin de la négativité, des discours vides et du fatalisme, est un devoir national exigé par l’intérêt suprême de l’Algérie et par les impératifs de la garantie de son avenir, la sauvegarde de sa souveraineté et la protection de son économie nationale, de ses richesses et de ses ressources financières », ajoute-t-il.

Et de poursuivre : « Notre conviction au sein l’Armée Nationale Populaire est profonde et nous avons la totale certitude que nous dépasserons la situation que notre traverse pays, et nous arriverons ensemble, avec notre chère patrie, à bon port comme à chaque fois ».

Massinissa Ikhlef

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: