Bouira, la population maintient le cap du rejet des élections

Le rejet des élections a été le leitmotiv des dizaines de milliers de citoyens qui ont marché, aujourd’hui, à Bouira. « Nous voulons l’indépendance et non des élections » criaient à tue-tête les marcheurs.

Les virtuels candidats à la candidature ont été raillés dans leur position de régénérateur du système, leur passé de serviteurs du régime, leur appartenance à des Partis politiques honnis par le peuple algérien, notamment depuis la révolution du 22 février.

Ce sont surtout les deux favoris évidents de l’armée, le pouvoir réel, qui en ont pris pour leurs « rangs » ; les portraits de Ali Benflis et de Abdelmadjid Tebboune, barrés d’un trait rouge, ont été levés par les manifestants avec le slogan répété tout le long de l’itinéraire de la marche « la tebboune, la Benflis, fi hukm lboulis » (ni Benflis, ni tebboune dans un état policier.)

Le nombre de candidats ayant retiré les formulaires de souscription, 80 le soir de jeudi, a fait réagir les citoyens qui leur ont demandé avec moquerie, d’aller les remplir aux émirats : « 3emru el istimarat fel imarat » en jurant qu’ils ne laisseront pas ces élections se faire.

Les tenants du pouvoir réel en Algérie ont été, encore ce 32 éme vendredi, raillés sans retenue de la part des manifestants : « les généraux à la poubelle » sans oublier la revendication d’un Etat civil et non militaire et une transition démocratique.

Slimane Chabane

%d blogueurs aiment cette page :