L’avocat des causes justes, Salah Dabouz, agressé à l’arme blanche à Ghardaïa

La société est sous le choc. L’infatigable militant des Droits de l’Homme, Salah Dabouz, est agressé à l’arme blanche, lundi soir, à Ghardaïa. Sa vie n’est pas en danger mais l’acte révèle, chez ses adversaires, un état d’esprit capable de tout.

L’acte criminel a eu lieu au quartier Chouahin à Ghardaïa lorsqu’un groupe de cagoulés l’ont attaqué au couteau. D’après le témoignage du citoyen qui l’a évacué aux urgences , « Me Salah Dabouz se rendait chez Hadj Brahim Aissa lorsque deux jeunes hommes cagoulés l’ont attaqué à l’arme blanche. Il a cinq points de sutures sur l’un des bras qui ont été lacérés au couteau, lorsqu’il a tenté de se couvrir le visage. En se défendant, les deux assaillants l’ont jeté à terre. Me Dabouz souffre de blessures et coups violents à la tête »

Maitre Dabouz qui se définit comme défenseur des causes et pas des dossiers est un avocat qui dérrange énormément certains cercles maffieux à Ghardaïa. Il s’est distingué par sa défense infaillible et inlassable des détenus d’opinion du Mzab. Depuis quelques mois, il fait l’objet de pressions multiples. Un homme s’est déjà approché de lui à la sortie du tribunal de Ghardaïa pour lui signifier que sa vie est en danger et qu’il doit faire attention. L’avocat a déposé plainte contre x . L’appareil judiciaire est aussi mis en action contre lui pour freiner son élan et permettre à ces cercles de casser du Mouzabite en silence. Il a été arrêté dans un café près de son cabinet  à Alger et conduit à Ghardaïa. La solidarité sans faille de ses confrères et de toute la société civile et politique a empêché sa mise au cachot. Mis sous contrôle judiciaire, Salah Dabouz a été contraint de faire deux périples longs de 1200 KM aller-retour, et par semaine,  pour émarger sa présence au commissariat du Mzab.

Aussitôt connue l’agression lâche dont il est victime, la classe politique, la société civile, le confrères de la profession et de simples citoyens ont exprimé une solidarité sans faille avec lui. Tout le monde voit en cette agression l’expression d’un dérapage grave de la part du pouvoir maffieux aux abois.

Nadia Mehir

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :