33ème mardi à Bejaia: l’Université est toujours à l’avant garde

En ce 33ème mardi de la révolution en marche, Bejaia ne décolère pas et surtout ne se démobilise pas. Une forte participation des universitaires et de la société civile a été constatée dans la ville des Hamadites.

Du campus Targa ouzemmour au palais de justice, les marcheurs ont encore une fois rappelé leur rejet des élections de 12 décembre.

Les résidus du système qui ont voté la nouvelle loi sur les hydrocarbures n’ont pas été épargnés. Nombreux observateurs avertis se sont interrogés sur les tenants et les aboutissants de cette manière de brader les richesses nationales. N’est ce pas une façon de tenter l’achat du silence de la communauté internationale ? Se demandent-ils.

La répression qui a pris des proportions alarmantes à Alger, a fait réagir les manifestants qui ont tenu à dénoncer énergiquement les arrestations en masse opérées ce matin par les forces de l’ordre.

La cause des détenus d’opinion demeure toujours présente au premier plan dans toutes les marches organisées à Bejaia. La solidarité citoyenne reste une priorité pour les militants.

C’est sous les cris « libérez les otages » que les marcheurs sont arrivés devant le tribunal de la ville où des slogans dénonçant la justice du téléphone ont été scandés.

Une énième mobilisation fortement réussie à Béjaia et un autre défi est lancé à l’égard du commandement militaire qui ne cesse de s’entêter à détourner la volonté populaire.

Moussa Nait Amara

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :