Alger et Bordj Bouarreridj : On réprime les étudiants

Photo de Khaled Drarni

La politique de répression prend des proportions alarmantes à l’occasion de la 33e marche des étudiants. Les forces de police procèdent à des arrestations à tour de bras. Des dizaines d’étudiants sont embarqués à Alger et Bordj Bouarreridj dès les premiers pas des marches pacifiques.

A Alger, plusieurs étudiants sont embarqués au moment où ils allaient forcer le cordon de sécurité mis en place au niveau du square Port Saïd. Des instructions semblent être données aux forces de l’ordre d’empêcher les étudiants de marcher vers la Grande Poste.

La vague de répression a atteint même la presse. Le journaliste – reporter d’El Watan, Mustapha Benfodil, a été aussi pris dans le filet alors qu’il exerçait normalement son métier.

A Bordj Bouarreridj, plus de vingt étudiants sont cueillis dans les cafés et sur les trottoirs jouxtant l’université avant même que commence la marche, selon l’icône locale de la révolution citoyenne Brahim Laâlami. La police déployée en masse dans les alentours de l’université semblent chercher dans la masse des étudiants qui rejoignent le campus des visages bien identifiés pour mater la rébellion estudiantine braïdjie qui ne cesse de surprendre par son ampleur et son pacifisme exemplaire.

Chabane Bouali

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :