Cinémathèques d’Alger et de Tizi Ouzou : Le CAC rend hommage à Moussa Haddad

 

Il était considéré comme l’un des plus grands cinéastes algériens. Moussa Haddad nous a quittés le 17 septembre dernier, à l’âge de 82 ans. Afin de rendre hommage à ce réalisateur emblématique dont certaines œuvres sont aujourd’hui des incontournables du 7e art algérien, le Centre Algérien de la Cinématographie (CAC) a décidé de programmer quelques-uns de ses plus grands succès « avec en cadeau son premier film à la fin du cycle ».

Au cours de ce cycle prévu du 5 au 10 octobre 2019 dans les cinémathèques d’Alger et de Tizi-Ouzou, seront projetés au public cinéphile quelques chefs d’œuvres anciens comme « Les Vacances de l’inspecteur Tahar », « Les Enfants de novembre », « Hassan Terro au maquis », « La Bataille d’Alger » et d’autres réalisations plus récentes, à l’image de « Made In » ou « Harraga Blues ». (Voir programme ci-dessous)

Faire le tri dans la filmographie du réalisateur n’était sans doute pas chose aisée, tant Moussa Haddad a légué à la postérité des œuvres remarquables autantpar la qualité que parles profondes réflexions sur la société algérienne qu’il y engageait.

Pour rappel, Moussa Haddad qui est né à Alger en 1937, a fait ses débuts au cinéma en tant qu’assistant réalisateur sur le film « La bataille d’Alger » de Gillo Pontecorvo, en 1966. Il assistera également la même année l’Italien Enzo Peri sur le film « Trois pistolets contre César ». 

Un an plus tard, il s’affirmera pleinement en tant que cinéaste en réalisant son premier long métrage qui deviendra culte : « L’Inspecteur Tahar » avec le duo Hadj Abderrahmane et Yahia Benmabrouk. En 1972, il sort le deuxième volet intitulé « Les vacances de l’inspecteur Tahar »suivi, la même année du long métrage « Sous le peuplier ».

De 1975 à 1982, il enchaînera avec plusieurs œuvres, en l’occurrence « Les enfants de novembre », « Une cigarette pour Ali », « Hassan Terro au maquis » et « Libération ». Certaines remporteront un vif succès.

Après une longue traversée du désert où le réalisateur n’a plus sorti de films, il reviendra en 1999 avec un film policier à la sauce algérienne intitulé « Made In ». Un film qui ne marquera pas franchement les critiques et qui éloignera un temps le réalisateur des feux des projecteurs.

En 2012, il revient avec une œuvre forte, « Harraga Blues », où il traite du phénomène des harragas à travers l’histoire de deux amis Zine et Rayan. Un film avec lequel il décrochera le prix du meilleur scénario au 1er Festival du cinéma de Saïda.

Kahina A.

Programme du cycle « Moussa Haddad »

Samedi 5 octobre
13h : Les Vacances de l’inspecteur Tahar (1972)
15h : Made In (1999)
17h : Les Enfants de novembre (1975)

Dimanche 6 octobre
13h : Les Enfants de novembre (1975)
15h : Les Vacances de l’inspecteur Tahar (1972)
17h : Made In (1999)

Lundi 7 octobre
13h : Libération (1982)
15hː Harraga Blues (2012)
17h Hassan Terro au maquis (1978)

Mardi 8 octobre
13h : Hassan Terro au maquis (1978)
15h : Libération (1982)
17h : Made In (1999)

Mercredi 9 octobre
13h : Libération (1982)
15h : Les Vacances de l’inspecteur Tahar (1972)
17h : Hassan Terro au maquis (1978)

Jeudi 10 octobre
13h : Made In (1999)
15h : Libération (1982)
17h : La Bataille d’Alger (1966)

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :