- Advertisement -

Conférence-débat du RCD à Akbou : «Il n’est pas de nos habitudes de répondre aux injonctions de cercles occultes»

Le conseil communal du RCD d’Akbou a commémoré la journée du 5 octobre 1988, en organisant une conférence-débat animée par les députés Nora Ouali et Atmane Mazouz, respectivement secrétaire nationale chargée des affaires Nord-africaines et secrétaire national chargé à la communication. Une conférence que la structure locale du parti progressiste, voulait comme une consolidation de cette excellente communion entre la société civile et le RCD qui ne cesse de se confirmer au fil de l’évolution du mouvement du 22 février.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

 

Intervenant en ouverture de la rencontre, Bachir Fahloune, membre du conseil national du RCD a tenu, en sa qualité d’ancien militant, à donner un témoignage sur les événements du 5 octobre 1988. Il a rappelé la violence de la réaction du pouvoir qui n’a pas hésité de tirer sur la foule et surtout d’user de la torture.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieur

 

La députée Nora Ouali a développé, à son tour, une rétrospective détaillée des différents soulèvements du peuple algérien, depuis l’indépendance. Elle a affirmé que « depuis la révolte de 1963, les Algériens ne cessent de lutter pour parachever leur indépendance confisquée. »

En tant que femme et juriste, elle n’a pas omis de rappeler que parmi les combats qui ont marqué l’histoire récente des luttes démocratiques en Algérie, celui de la femme contre le code de la famille était des plus remarquables.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et intérieur

La députée du rassemblement a terminé son intervention en rendant un vibrant hommage aux détenus d’opinion et particulièrement à Samira Messouci, militante et élue du RCD.
Intervenant en dernier, le chargé à la communication du parti de Mohcine Belabbas, Atmane Mazouz, a analysé la situation politique actuelle en décortiquant les tenants et les aboutissants de la révolution en marche. Sans ambigüité aucune et dans un ton des plus francs, le député Mazouz a chargé le commandement militaire à sa tête le vice-ministre. Il a dénoncé son entêtement à imposer un semblant d’élection présidentielle au détriment de la volonté populaire.

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes assises

Il a rappelé la proposition de sortie de crise formulée par le RCD et il est revenu sur l’importance du pacte réalisé par les forces de l’alternative démocratique : « Seule une transition démocratique à travers un processus constituant peut sortir le pays des crises cycliques que nous vivons. Pour l’avenir des générations futures, il nous est interdit de renoncer à cette formidable révolution en cours. Le combat des générations passées a muri. Le système disparaitra et l Algérie vivra pour sa jeunesse et ses enfants. » Lance t-il, devant une nombreuse assistance.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

En réponse à une question concernant le simulacre du 12 décembre, il n’a pas hésité d’affirmer que « l’édifice institutionnel hérité du système doit disparaitre et la supercherie électorale en préparation est rejetée par l’écrasante majorité du peuple algérien. La fraude a déjà commencé. Il suffit d’analyser les connexions existantes entre les Belaiz, Charfi et Zeghmati pour deviner le processus contre révolutionnaire en cours. »

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes assises

Réagissant à une interpellation d’un intervenant sur le maintien des députés du RCD au parlement, Mr Mazouz a répondu : « Nous ne l’avons fait ni en 2001, lors des événements de Kabylie où nous avons retiré nos ministres, ni en 2011. Ce n’est pas aujourd’hui qu’on va répondre aux injonctions de cercles occultes. »

Il est à rappeler que la conférence a suscité un débat passionné et passionnel. Les citoyens de la ville d’Akbou ont eu la chance de vivre un moment d’échange politique de haute facture.

Moussa Nait Amara

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: