Demain, les Algériens chanteront une sérénade spéciale sous les fenêtres du vieux Général

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le général Gaïd Salah hausse le ton et élève la voix mais, chose vérifiée, il n’est plus audible chez les Algériens. Ses menaces ne font plus peur. Mieux encore, elles font l’objet de dérision populaire tellement l’homme a perdu ses moyens de roublardise.

Quelques heures après le dicours du vieux Général qualifié à juste titre par Mohcine Belabbas de « vide dans le fond et la forme », des jeunes et des femmes, et par grappes, prennent la destination d’Alger pour chanter ce vendredi, et sous ses fenêtres, la sérénade « makach el vote ya el issabate ( Pas de vote, espèce de bande ) ».

Très tôt ce matin et 24 heures avant la levée du soleil sur le jour J , des unités de gendarmerie sont à l’œuvre sur les axes routiers pour empêcher les Algériens d’aller vers leur capitale clamer leur amour pour novembre et la liberté. Des postes avancés sont même signalés jusqu’aux portes de fer des Bibans. C’est dire la panique et la peur qui entourent le pouvoir illégal.

Demain, c’est le 1er novembre. Un autre 1er novembre étincelant. Un 1er novembre 2019 identique en tout point de vue à celui de 1954. Les hommes du pouvoir qui se sont succédé par la force et fraude à la tête de  l’Etat Algérien se sont toujours forcés de s’accaparer Novembre et en faire une affaire de famille juteuse. Le peuple qui est le véritable dépositaire de l’Histoire nationale est toujours mis à l’écart des festivités de ce repère majeur. Aujourd’hui, ce même peuple qu’on a tenté désespérément de séparer de sa mémoire collective roule de toutes les villes et villages vers Alger récupérer son symbole et toucher un peu de sa liberté spoliée 57 ans durant. Et ce n’est certainement un résidu de la bande qui étouffera sa voix ou lui fermera sa voie.

Moussa T

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :