- Advertisement -

La cour d’Alger confirme 24 mandats de dépôt : Maitre Sadat dénonce une véritable prise d’otages

La chambre d’accusation  près la cour d’Alger a confirmé ce mercredi les mandats de dépôt ordonnés le 15 septembre 2019 par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed en l’encontre de 24 manifestants. Seul Ziane Billel , atteint de cancer, a vu sa détention provisoire commuée en contrôle judiciaire avec toutes les restrictions afférentes.

Maitre Fetta Sadat, secrétaire nationale aux Droits de l’homme au RCD, qui rapporte l’information dénonce un « recours à la procédure de l’instruction inusitée » car, pour elle, « il s’agit de cas relevant du flagrant délit ». 

Pour la responsable du RCD, « le but est de prolonger une détention que rien ne justifie… Une véritable prise d’otages qui ne dit pas son nom », et « le recours à la détention provisoire est abusif ».

Maitre Fetta Sadat est catégorique dans son constat de juriste affirmée : « Les faits reprochés à des citoyens qui ont juste exercé leurs droits à manifester, à se réunir, à circuler, à s’exprimer et à résister à l’oppression sont inconsistants et relèvent même de la pure imagination ». « Contrairement à ce que l’on s’évertue à nous faire admettre, œuvrer pour un avenir meilleur de l’Algérie, pour un Etat de droit, la justice, la démocratie et que la parole soit rendue au peuple ne peut que consolider l’intégrité du territoire national et préserver l’intérêt national », ajoute Maitre Sadat qui souligne que  « l’actuelle dérive est d’assimiler l’exercice de la citoyenneté et l’exercice des droits fondamentaux et des libertés individuelles et collectives à une atteinte à l’unité nationale ».

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: