- Advertisement -

La députée de France Insoumise, Mathilde Panot, refoulée de Béjaïa

La députée deFrance insoumise Mathilde Panot et son suppléant Mourad Tagzout ont connu hier des déboires sécuritaires lors de leur déplacement à Bejaïa où la parlementaire devrait animer ce mercredi une conférence à Chemini.
Arrivée ce mardi matin à Béjaïa, La députée Française et son suppléant ont été arrêtés deux fois par la police suite à leur participation à la marche de la communauté universitaire qui avait lieu en ville.
Ce matin, la députée française narre dans un communiqué de presse publié sur page Facebook le détail de ses déboires à Béjaïa. « Nous sommes partis à 7h30 hier matin pour Bejaïa, où la mobilisation populaire est massive. En arrivant, après avoir échangé avec des étudiants et professeurs de la marche du mardi, nous avons été arrêtés une première fois puis amenés au commissariat. On nous garde 1h15 sans jamais nous donner de motifs puis nous sommes libres de partir. Nous mangeons, faisons un tour dans la ville. On nous arrête de nouveau. 3h d’immobilisation à un barrage routier là encore sans motif. On nous prend nos passeports. Le maire Madjid Ouddak et l’elu de l’assemblée populaire de Wilaya Reda Boudraa viennent nous soutenir. Toujours sans explication on nous escorte vers Alger. 7h de trajet au lieu de 3h30 car la route est bloquée à un endroit par des citoyens qui protestent contre l’injustice d’attribution de logement sociaux. Depuis nous sommes sous surveillance dans un hôtel à Alger », raconte Mathilde Panot.
Pour lever tout équivoque, la députée française explique sa venue en Algérie. « Je ne suis pas venue en Algérie pour créer du trouble. Je rendais visite à des citoyens engagés pour la justice sociale et la démocratie. J’ai rencontré des responsables et des élus de plusieurs partis progressistes, le réseau de lutte contre la répression, des citoyens. Je comptais rencontrer encore des collectifs de femmes, des familles de détenus d’opinion ou encore des organisations de jeunesse. J’ai pu échanger sur les idées que nous pouvons partager de part et d’autre de la mer Méditerranée. C’est par curiosité intellectuelle et par fraternité entre les peuples, que je suis venue adresser un signe d’amitié pour le peuple algérien », dit-elle.
Ameslay a su de l’entourage de Mathilde Panot que le président de France insoumise Jean Luc Mélenchon a été informé de ces déboires.
Il est à noter que Mathilde Panot et son suppléant Mourad Tagzout ont assisté au sin in de solidarité avec les détenus, organisé lundi 30 septembre devant le tribunal de Sidi M’hamed, sans être aucunement inquiétés par les services de sécurité.
Moussa N.A.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: