Les juges rentrent en rébellion contre le pouvoir exécutif

L’information donnée le 13 octobre passé par Ameslay ( voir article ) devient officielle. Les juges rentrent en rébellion contre le garde des seaux qui veut faire de l’appareil judiciaire un appendice du pouvoir exécutif. Le conseil national du syndicat des magistrats a adopté ce samedi une résolution d’observer, à partir de demain, une grève nationale ouverte jusqu’à satisfaction totale de ses revendications.

Les magistrats exigent la révision immédiate des textes juridiques qui consacrent la mainmise du pouvoir exécutif sur l’appareil judiciaire, le gel du mouvement annuel des juges jusqu’à son réexamen légal et objectif par le Haut Conseil de la Magistrature, une fois il a récupéré toutes ses prérogatives entières, et la satisfaction des revendications professionnelles déposées le 26 juin et le 21 septembre de l’année en cours.

Les magistrats invitent de façon solennelle le ministre Zeghmati à cesser de regarder avec dédain les juges. « Les juges ne sont pas un troupeau de bétail à conduire avec mépris, prétendre l’assainissement de la justice et classer ses juges d’une façon honteuse qui recouvre un narcissisme qu’il faudrait soigner », lit-on dans le communiqué des juges.

La goute qui a fait déborder le vase est ce mouvement dans le corps des juges qui a touché près de 3000 magistrats. Un mouvement décidé par le ministre à huis clos et au bout d’une délibération d’une heure, révèle le conseil national du syndicat des magistrats.

Chabane Bouali

 

%d blogueurs aiment cette page :