Les trois projets assassins du Gouvernement Bedoui

Le gouvernement illégitime de Nordine Bedoui semble investi de la mission gravissime d’achever l’espoir des Algériens en concrétisant à la hussarde trois projets assassins.

Le premier projet mis à exécution est l’adoption de la loi sur les hydrocarbures, concoctée en étroite collaboration avec les multinationales pour brader les richesses énergétiques algériennes contre un silence complice sur la pacification par la terreur du peuple Algérien. A la veille de l’adoption de cette loi qui mettra fin à la souveraineté nationale sur ses gisements de pétrole et de gaz, les Etats Unis,chef de file de la compromission internationale avec les dictatures du Sud, ont envoyé à Alger une délégation du Congrès, en visite éclair et très discrète, pour s’assurer que l’offre de service du sérail crapuleux est dans le standard des appétits occidentaux. Assiégé par le peuple et poussé jusqu’à ses derniers retranchements par une révolution qui impressionne le monde, le gouvernement Bedoui offre le pays sur un plateau d’argent aux multinationales pour mettre à l’abri les débris d’un système éclaté du souffle de la révolution.

Le second projet est la mise des futurs retraités en état de mendicité. Maillon faible de la chaine sociale, le travailleur doit, aux yeux du gouvernement illégitime, payer les errements d’une gestion catastrophique menée par le pouvoir en place depuis 1962. Face aux caisses de l’État vidées par la rapine et la voracité des hommes du système, le pouvoir n’a plus les moyens de son habituelle politique de replâtrage. Avec la nouvelle loi de finances, le gouvernement veut se délester du devoir redresser sur fonds propres l’état désastreux de la CNR, devenue aujourd’hui un gouffre financier suite à la faillite du système économique national et la rupture de la chaine de solidarité sociale broyée par l’économie de bazar. Désormais, le travailleur Algérien doit cotiser jusqu’à 65 ans et prendre une retraite à hauteur de 60 % de son salaire , calculée sur la base des dix dernières années de cotisations. Un recul dramatique par rapport aux acquis sociaux et une perspective cauchemardesque pour les salariés qui arrivent difficilement à joindre les deux bouts.

Le troisième projet assassin qui tend à achever définitivement l’espoir des Algériens rené depuis le déclenchement de la révolution du sourire, est l’organisation frauduleuse des élections présidentielles du 12 décembre. Le projet qui tend à tuer la révolution citoyenne bénéficie d’un grand budget financier, de moyens logistiques colossaux et d’un réseau médiatique puissant. Le gouvernement Bedoui est mobilisé pour réussir le plus gros coup de force électoral des temps modernes. La survie du système dépend entièrement de cette opération crapuleuse et le pouvoir en est conscient. Le peuple aussi. D’où cette mobilisation grandiose pour lui faire barrage.

Chabane Bouali

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :