7e Concours annuel jeune artiste-peintre de Société Générale : Les trois lauréats primés

 

 

Au cours d’une cérémonie conviviale organisée mercredi dernier, au niveau de sa salle de réception à Sidi Yahia, la Société Générale a dévoilé les noms des trois lauréats de son concours annuel jeune artiste-peintre. Étaient présents à cet événement, aux côtés des responsables de Société Générale Algérie, les finalistes des précédentes éditions, des clients de la banque, amateurs d’art, des artistes peintres de renom dont Hamza Bounoua, et d’autres convives…

Suite à un appel à candidature lancé en avril dernier, le concours lancé pour la 7e année consécutive a encore une fois rencontré un grand engouement parmi les jeunes artistes.

Œuvre de Celia Messaoud Nacer ayant le premier prix

Sur les 240 œuvres soumises, le jury présidé par Nadira Laggoune et composé de Zoubir Hellal et Sadek Rahim en a sélectionné douze dont trois ont été auréolées. Ainsi, le premier prix d’une valeur de 300 000 DA est revenu à Celia Messaoud Nacer, le second prix d’un montant de 150 000 DA a été attribué à Nadjem Nouicer, quant au 3e prix d’un montant de 100 000 DA, ila consacré l’œuvre de Mouna Benamani.

Œuvre de Nadjem Nouicer, deuxième prix

Ouvert aux 18 et 45 ans résidents en Algérie, ce concours confirme une fois de plusl’engagement de la Société Générale « en faveur des artistes de l’art et de la peinture en particulier, et (sa) contribution à l’émergence des jeunes talents algériens dans l’art plastique contemporain, en leur offrant l’opportunité d’exposer leurs travaux ».

Œuvre de Mouna Benamani, 3e prix

Outre la récompense matérielle, les trois artistes primés ainsi que les neuf autres retenus par le jury bénéficieront, en effet, à la faveur de cette sélection d’une visibilité sur la scène plastique algérienne. Ces 12 meilleures choisies pour la sélection finale (The falling d’Ilhem Lekmiti, Entre les deux rives d’Abdelkarim Manser, Tears of Gold de Mriem Grid, La vision de Belkhiri El Bahi Yahia, Spirale de Meriem Chaouane, Artinissia de Chouaib Abaidia, Drame interne de Fouad Yahiaoui, Le bonheur de l’obscurité d’Ismahan Mezouar et Ondoyance de Selma Allaoua), vont, à ce titre, illustrer l’agenda et le calendrier de l’entreprise pour l’année 2020 et seront exposées lors des vernissages.

Kahina A.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :