Bouira : Le peuple est dans la rue, les présidentielles du 12/12 compromises

C’est le jour des grandes foules, ce 40 éme vendredi de contestation du régime et de la démarche du système qui veut, pour la troisième fois, organiser des présidentielles contre la volonté populaire.

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes debout, foule et plein air

Alors que les deux premiers scrutins prévus le 18 avril et le 04 juillet ont été annulés sous la pression populaire, celui programmé pour le 12 décembre semble sérieusement compromis au vu de la mobilisation qui a été constatée ce 280 éme jour dans la vie de la révolution du 22 février.

A Bouira, les citoyens ont dénoncé « une pseudo campagne électorale » qui s’est transformée en « campagne d’arrestations », « hamla intikhabia walat hamla i3tiqalia »

La population de Bouira, mobilisée plus que jamais, (les marches sont devenues quotidiennes) a fait le tour de la ville en scandant les slogans de la révolution du sourire. A commencer par celui qui veut que le pouvoir revienne au peuple « souveraineté populaire, transition démocratique» et le départ de celui qui, aux yeux des manifestants, est l’obstacle à tout changement, rupture et/ou départ des symboles du régime. « Gaid-Salah dégage », « tetnahaw gaa » (vous allez tous partir) sont les slogans-phare du mouvement du 22 févier.

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes debout, foule et plein air

Les détenus « otages du pouvoir » ne sont pas oubliés puisque plusieurs robes noires du collectif des avocats bénévoles ont marché, aujourd’hui, à Bouira à coté des ex-détenus pour lesquelles ils ont arraché l’acquittement et donc la liberté. Maitres Fetta Sadat, Yamina Alili, Djerdjer Lila, Imedjdoubene Nabila, Aouicha Bekhti, Mouhous Seddik … ont battu le pavé côte à côte avec les trois ex-détenus de Haizer et entourés de citoyens qui s’en donnaient à cœur-joie avec des chansons puisées dans le répertoire de la révolution du sourire.

L’image contient peut-être : 15 personnes, dont Fetta Sadat, personnes souriantes, foule et plein air

Une révolution du sourire qui mérite bien son nom, au vu de la joie qui se répand dans la rue, malgré les arrestations, les emprisonnements, le matraquage de citoyens paisibles et pacifiques. Des jeunes, des femmes, des personnes âgées, des enfants, tout le peuple est dans la rue ce mois de novembre, tant symbolique, pour faire renaitre l’Algérie et la projeter dans « le projet Soummamien. »

Slimane Chabane

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :