Bouira, les étudiants demandent aux magistrats de les rejoindre dans la contestation

Les étudiants de l’université de Bouira ont arpenté, ce matin, les différentes artères de la vieille et de la nouvelle ville du chef-lieu de wilaya.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, foule et plein air

Avec les nombreux citoyens qui se sont mêlés à eux, ils se sont engagés à marcher jusqu’à que ce que se produise le changement radical du système tant réclamé par le peuple algérien depuis le 22 février, début de la révolution citoyenne. « sa nassir, sa nassir hata yahdut ttaghyir », scandaient les marcheurs.

La transition démocratique, comme le veut la volonté populaire qui est souveraine, a été aussi une exigence des étudiants de l’université Akli Mohand Oulhadj durant cette 37e marche de mobilisation estudiantine.

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes debout et plein air

Exprimant leur solidarité avec les juges réprimés et matraqués dans l’enceinte même de la cour de justice d’Oran, les étudiants ont interpellé les magistrats afin qu’ils rejoignent la contestation populaire : « rwahu maana ya qudat » non sans les tranquilliser sur l’aboutissement de la révolution. « ya qudat, ya qudat, ma tkhafuch hukm ttugh at » (magistrats, n’ayez pas peur du pouvoir des despotes) criaient les étudiants à l’adresse des juges.

Slimane Chabane

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :