L’alerte de Bouira doit être prise au sérieux

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ali Benflis, porteur de valises à Bouteflika en 1999, a finalement réussi à tenir son meeting devant une dizaine de personnes et autant de journalistes. Drôle de réussite et mesquine séquence électorale.

Taghannente d’Ali Benflis à occuper la grande salle de la maison de la culture avec sa petite clique a engendré plus de quarante citoyens blessés dont cinq graves. Et on ignore le nombre de blessés du coté des services de sécurité. Le bilan aurait pu être plus lourd et plus dramatique.

Aucune soif de pouvoir ne peut justifier cet entêtement aveugle et criminel à vouloir s’offrir le fauteuil présidentiel à tout prix. Bouira a frôlé l’irréparable à cause d’une avidité d’un petit homme du sérail. Ali Benflis aurait pu et dû annoncer l’annulation de son déplacement contesté à Bouira mais, en digne enfant du système autiste,  il ne l’a pas fait. Et l’histoire retiendra à Ali Benflis cette attitude horrible, la seconde après celle d’un certain 14 juin 2001.

La séquence parlante de Bouira doit faire bouger les lignes de la raison chez les tenants du pouvoir. Maintenir une option électorale refusée largement par le peuple avide de liberté est une folie meurtrière. L’Algérie ne doit pas être otage des résidus d’une maffia qui refusent de suivre le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, nous avons évité le pire. Demain, nous risquons de baigner dedans si l’entêtement de l’octogénaire et ses cinq pleurnicheurs continue d’être de mise.

Arezki Lounis

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :