- Advertisement -

L’universitaire Sabrina Zouagui au coordinateur national du CNES : « Abdelhafid Milat, Tu ne me représentes pas »

Abdelhafid Milat, coordinateur national très contesté du CNES,  a fait savoir, dans un post publié dans sa page facebook, qu’il a « donné un ordre » aux sections du syndicat des enseignants universitaires d’envahir la capitale à l’occasion de la marche de soutien au chef d’état major de l’armée, programmée pour ce samedi 30 novembre. L’appel a fait réagir l’universitaire Sabrina Zouagui.

 

Dans un texte en feu, Sabrina Zouagui, enseignante à l’université de Béjaïa, dit en termes crûs les quatre vérités amères à Abdelhafid Milat et lui crache à la figure la sentence finale : « Tu ne me représentes pas ».

Nad. M.

Le texte intégral de l’universitaire Sabrina Zouagui

ABDELHAFID MILAT, TU NE ME REPRÉSENTES PAS !

Une marche de la honte est programmée, en cette matinée du samedi 30 novembre 2019, par celui qui se dit coordinateur du CNES national. Il a DONNÉ L’ORDRE, comme vous le voyez bien sur son statut, aux enseignants universitaires de participer dans une « massira hachida », une marche massive pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme une ingérence des pays européens dans nos affaires internes !

En réalité je ne sais pas vraiment de quoi je devrais m’indigner exactement. Est-ce de l’allégeance parfaite exprimée par ces usurpateurs à-plat-ventristes du CNES au commandement militaire du chef d’Etat-major ? Est-ce de cette manière avilissante dont ce CNES esclave du système s’aligne aveuglément sur les positions du pouvoir en parlant lorsqu’il lui ordonne de parler et en fermant sa gueule lorsqu’il lui enjoint de se la fermer ? Ou est-ce du caractère inculte de ces universitaires qui ne font pas la différence entre un Parlement européen qui n’est que le représentant des peuples et les pouvoirs politiques européens qui sont les centres de décision dont les agissements ne vont pas forcément dans le sens des intérêts des peuples et dont la complicité avec le pouvoir algérien est un fait avéré ? Ou alors devrais-je m’indigner de cette partialité criminelle de Milat et compagnie qui rugissent comme des lions contre une résolution du Parlement européen où ce dernier ne fait que rappeler à l’Etat algérien des conventions internationales qu’il a signées, alors même que ces mêmes Milat et compagnie se métamorphosent subitement en petits chatons craintifs et soumis lorsqu’il s’agit de dénoncer haut et fort le soutien inacceptable des puissances étrangères néo-impérialistes à cette 3issaba qui a fait de l’Algérie sa propriété privée et qui se cramponne coûte que coûte au pouvoir pour sauvegarder ses petits intérêts personnels et familiaux ?

Impossible que Milat et ses complices me représentent lorsqu’on voit le zèle honteux avec lequel ils adhèrent à ces élections destinées à reconduire ce même système honni et vomi chaque jour par des millions d’Algériens qui battent le pavé depuis 9 mois ! J’ai carrément honte d’appartenir à la même université que ces « universitaires » qui considèrent que la chute de Bouteflika et les quelques emprisonnements-règlements-de-comptes de quelques apparatchiks du système comme une « victoire du peuple et la fin définitive de l’ancien régime » !! Comment donc croire que le système mafieux est tombé quand on se retrouve aujourd’hui entraînés dans des élections où les candidats sortent droit du système Bouteflika qui a mené le pays droit dans le mur ?? J’invite expressément ces bourrés de diplômes à descendre dans la rue pour s’instruire auprès de nos humbles et courageux concitoyens dont les banderoles et les pancartes valent mille diplômes ! Instruisez-vous auprès du Peuple qui vous prodiguera volontiers des cours et des TD gratuits en conscience politique et en patriotisme !

Pour revenir à cette affaire du Parlement européen qui n’est en réalité qu’une tempête dans un verre d’eau, il ne peut s’agir que d’un non-événement pour nous autres qui poursuivons vaillamment et tranquillement notre combat juste pour une Algérie libre et démocratique. Nous n’avons pas attendu de résolution émanant de pays étrangers pour dire NON au pouvoir illégitime. S’il s’en trouve qui nous soutiennent, à la bonne heure ! sinon nous n’avons besoin de personne. Mieux encore ! L’une de nos revendications les plus chères consiste justement à ce qu’AUCUN PAYS ETRANGER ne s’ingère dans nos affaires internes, quelle que soit l’instance à partir de laquelle il s’exprime. La souveraineté nationale vous est chère Milat et compagnie ? Je le veux bien ! Dites alors à vos maitres qu’il est honteux de brader les richesses nationales et de les offrir sur un plateau en or aux multinationales !

Dites à vos maitres qu’il est illogique de dilapider milles milliards de dollars dans les détournements et autres placements de sommes faramineuses dans des comptes bancaires étrangers alors qu’ils n’ont même pas construit un seul hôpital où les Algériens puissent se soigner dignement ! Dites à vos maitres que si la souveraineté nationale est trainée dans la boue c’est à cause des dignitaires du régime qui se soignent toute honte bue dans les hôpitaux européens avec l’argent du petit peuple qui agonise dans les hôpitaux nationaux !

Vous, les universitaires de pacotille qui soutenez le système mafieux, vous n’avez aucun droit de verser des larmes de crocodile pour la souveraineté nationale ! Et vous n’avez surtout pas le droit de parler au nom des universitaires dignes qui militent dans l’intérêt du peuple algérien et de la nation algérienne !

Taisez-vous ! Taisez-vous ! Taisez-vous !

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: