- Advertisement -

Malgré les clins d’œil du pouvoir, le peuple ne votera pas

A moins de quatre semaines des présidentielles programmées pour le 12 décembre, le pouvoir illégitime et illégal multiplie les opérations de charme envers la population. Il fait miroiter des augmentations dans les retraites et les pensions des moudjahidines, promet des mesures de facilitation de remboursement et d’accès aux locaux du parc immobilier public pour les bénéficiaires des microcrédits et fait saliver pas d’entrepreneurs en promettant des marchés juteux une fois les leviers de commande et de contrôle de la société frondeuse repris. Dernier clin d’œil osé : campagne sanitaire assuré par les militaires envers les populations du Sud.

La campagne de charme couplée à une répression sans précédent de toute voie discordante se veut de plus en plus offensive pour assurer un minimum de participation à une élection que le peuple Algérien rejette complètement. Mais l’effort consenti ne semble plus apporter les fruits escomptés. La très faible mobilisation des citoyens autour des marches de soutien au pouvoir prouve que le divorce total entre les tenants du régime et le peule est largement consommé. Cette donne enfonce les centres de décision dans la panique générale. La répression sauvage dont étaient victimes les Hirakistes d’Annaba qui ont fait avorter le semblant de marche de soutien à Gaïd Salah, organisée pourtant sous bonne et grande escorte policière, prouve une fois de plus que le pouvoir perd son sang froid et son équilibre.

Après 39 semaines, la révolution citoyenne n’a pas perdu son sourire. La détermination populaire d’aller vers le changement radical reste intacte. Les campagnes de dénigrement menées de main d’esclave par les médias publics et parapublics  contre la révolution n’ont fait que renforcer les rangs de l’opposition. L’incapacité des candidats à la farce électorale d’émettre le moindre commentaire sur les procès injustes qu’inflige une justice aux ordres à des jeunes innocents de peur de froisser l’humeur de leur tuteur, dévoile que le futur chef d’Etat désigné aura les mains et pieds liés et les lèvres cousues.

Ce vendredi, le peuple Algérien sortira, pour la 39e fois de suite, dans les rues pour affirmer que les présidentielles n’auront pas lieu. Et tout indique qu’elles n’auront pas lieu.

Chabane Bouali

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: