SCANDALE : L’avocate Benbraham qualifie les détenus d’opinion de simples receleurs de drogue dans les prisons

La colère gronde dans les milieux actifs de la révolution populaire et chez les familles des détenus d’opinion, notamment les porteurs du drapeau amazigh. La raison ? une bourde de trop qui émane de l’avocate Fatima Benbraham qui traite les porteurs de drapeaux amazighs de receleurs de drogue.

capture d’écran de la déclaration de Benbraham au journal suisse

«Ces gens se servent de ces emblèmes pour camoufler des drogues qu’ils revendent aux manifestants, prétend-elle. Ce ne sont pas des prisonniers politiques, mais des criminels qui ont trouvé la bonne occasion pour mener à bien leurs petits trafics », avance Fatima Benbraham, membre active de l’instance de médiation coordonnée par Karim Younes, dans une déclaration au journal suisse « Le Temps ».

A peine l’information partagée, des appels massifs à déposer plainte pour diffamation contre l’avocate indélicate, se relaient sur les réseaux sociaux.

Chabane Bouali

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :