Said Sadi harcelé à Marseille par deux jeunes pro-FIS qui cherchent à faire du buzz

Une vidéo fait le buzz sur les réseaux sociaux. L’ancien président du RCD et auteur de plusieurs contributions intellectuelles sur le développement de la révolution du sourire est harcelé par deux individus qui le suivaient avec une caméra de téléphone dans une rue de Marseille .

Dans la vidéo, on entend la voix off de l’un de ces deux harceleurs lui reprocher d’avoir cautionné l’arrêt du processus électoral. Il l’accuse même d’être associé à la répression des islamistes et d’avoir envoyé les militants du FIS au camps de Regane, dans le sud Algérien. Rien que ça !

Said Sadi a tout fait pour ignorer cette intrusion impromptue des deux individus et suivre son bonhomme de chemin. Exacerbé par le zèle de ces deux agresseurs, il finit par leur demander s’il n’ont pas autre chose à faire que de s’attaquer aux démocrates.

Said Sadi a réagi ce soir sur sa page officielle en dénonçant une « grossière provocation assortie de menaces verbales hier après-midi à Marseille par deux nervis tenant un discours islamiste. L’un d’eux, Laibi Salim serait un neveu de Kasdi Merbah, ancien responsable de la police politique. Une plainte a été déposée le jour même ».

La vidéo a été largement commentée par les internautes Algériens qui se disent scandalisés par le procédé. Said Sadi a participé à plusieurs marches du mouvement populaires à Alger, Tizi Ouzou et Béjaïa et jamais il a été autant pris à partie par le peuple. En Europe et au Canada, il a participé à plusieurs débats pour faire entendre la voix de la révolution du peuple à l’international. Il vient de publier un livre qui est une somme de ses analyses sur la situation nationale depuis le 22 février.

Qui est Salim Laibi qui s’est attaqué à Said Sadi hier à Marseille ?

Le magazine Le point s’est intéressé l’an dernier au personnage suite à plusieurs plaintes déposées contre lui pour propos racistes, xénophobes, misogynes et anti sémites à Marseille. Voici le portrait fait du personnage :

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe, selfie, chapeau et gros plan

Son site de fake news compte plus d’un million de vues par mois, Salim Laïbi n’a aucune limite, pas même celles qu’impose la loi. Héraut du complotisme, le chirurgien-dentiste n’a toujours pas été révoqué par son ordre. Celui qui n’hésite jamais à faire état de sa fonction de médecin pour mieux défendre ses idées enchaîne les prises de parole sulfureuses et déverse quotidiennement son lot de théories du complot via les réseaux sociaux. Il fut l’un des tout premiers importateurs français du conspirationnisme en vogue outre-Atlantique depuis les années 2000 et est aussi l’un des plus importants relais du négationnisme médical et antivaccinal.

Il concentre surtout ses attaques contre les homosexuels, les juifs, les francs-maçons, les musulmans pas assez radicaux à son goût, et pousse ses partisans à la sédition en les incitant à la violence armée « avec des kalachnikovs » contre les institutions républicaines. Il appelle ses troupes à faire tomber la démocratie et la République, qu’il considère comme « judéo-maçonnique ». Dans le viseur de ses calomnies récurrentes et obsessionnelles, la communauté juive, les facultés de médecine, le Crif, la République et la laïcité, la vaccination préventive, le dialogue interreligieux, l’État et les musulmans qui ne partagent pas sa vision radicale de la religion.

Le praticien enchaîne pourtant les polémiques sans jamais être inquiété. Un militant associatif s’est lancé à ses trousses, en vain pour le moment. Omar Djellil, acteur associatif et ancien secrétaire général de la plus vieille mosquée de Marseille, n’a pas hésité à interpeller Xavier Tarabeux, procureur de la République, et l’ancien préfet de police Laurent Nuñez. Celui qui est devenu depuis l’homme fort du renseignement intérieur français en prenant la tête de la DGSI en 2017 avait effectué un signalement (Article 40) au procureur de la République. Son successeur à la préfecture, Olivier de Mazière, a également été alerté. « Je suis effaré que, depuis dix ans, Salim Laïbi jouisse d’une impunité totale quand d’autres praticiens sont sévèrement sanctionnés pour des propos bien plus légers que ceux du médecin marseillais. Je suis surtout accablé par l’absence de réaction du parquet de Marseille qui, lui, ne semble pas prendre à sa juste mesure les agissements d’un médecin qui est désavoué par ses pairs et qui a fait l’objet de plusieurs signalements et de plus de 19 plaintes auprès de l’institution judiciaire et de la police. On est bien loin des beaux discours républicains tenus par nos dirigeants et les représentants de l’État en matière de lutte contre le racisme, la radicalisation et l’antisémitisme », s’indigne Djellil.

Onze plaintes rejetées

Salim Laïbi a trouvé un soutien inespéré de la présidente de la Chambre disciplinaire de première instance de l’ordre national des chirurgiens-dentistes qui, en faisant de la rétention d’informations, a cherché à minimiser ses dérives. La gravité de la situation est telle que le conseil départemental de l’ordre des chirurgiens-dentistes des Bouches-du-Rhône avait désavoué la décision de la présidente en portant plainte contre le dentiste extrémiste. Une plainte rejetée par ladite présidente, comme elle l’avait fait à l’égard de pas moins de dix plaignants.

Certains confrères de Laïbi soulignent le manque de courage de l’Ordre national face à un médecin qui monte des comités de soutien en faveur de négationnistes tels que Robert Faurisson ou Hervé Ryssen et qui réclame la suppression de la loi Gayssot, qu’il considère « scélérate » car elle empêcherait, selon lui, une « relecture de la Shoah ».

Si Soral et Dieudonné sont régulièrement poursuivis devant la justice, Laïbi passe en permanence entre les mailles du filet. Interrogé sur son inaction, le parquet de Marseille n’a pas donné suite à nos multiples sollicitations.

Chabane Bouali

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :