Said Sadi harcelé et insulté à Marseille, le RCD réagit : « C’est un acte ignoble »

Le RCD réagit à l’agression dont est victime son ex-président et fondateur Said Sadi. Dans un communiqué rendu public ce lundi, le parti progressiste qualifie cet acte d’« ignoble » et qui « vise à semer le doute sur un homme qui a longtemps incarné, pour de nombreux citoyens, le combat pour la démocratie ».

« La multiplication d’attaques et de provocations contre les acteurs de la mouvance progressiste qui réclame une période de transition signe l’impasse du pouvoir de fait dans sa fuite en avant pour imposer une élection dans laquelle seuls les segments du sérail s’investissent », dit encore le parti de Mohcine Belabbas.

Le RCD assure que ses militants sont « pleinement investis dans le mouvement révolutionnaire du 22 février. Ils sont déjà dans la vigilance en ces temps de manipulations et de tentatives de discrédit de la lutte du peuple algérien pour le recouvrement de sa souveraineté ».

Nadia Mehir

Communiqué du RCD

Décidément, le RCD dérange. Après les attaques contre ses positions et sa direction, c’est autour de son ex-président (1989/2012), Said Sadi, de faire l’objet d’insultes, d’harcèlements et de menaces verbales de la part de deux individus. Cet acte ignoble, filmé par ses auteurs, vise à semer le doute sur un homme qui a longtemps incarné, pour de nombreux citoyens, le combat pour la démocratie.

L’alternative démocratique pour laquelle le RCD a combattu et combat toujours est, et demeure, la seule voie pour redonner sens au débat en consacrant toutes les libertés, l’égalité en droits et l’érection de l’urne comme seul arbitre de la vie politique.

Intervenant dans une conjoncture où de nombreuses forces tentent de semer la confusion, le RCD réaffirme que rien ne peut le dévier de ses idéaux et de son combat présent pour faire écho aux espoirs de liberté du peuple algérien, en révolution.

La multiplication d’attaques et de provocations contre les acteurs de la mouvance progressiste qui réclame une période de transition signe l’impasse du pouvoir de fait dans sa fuite en avant pour imposer une élection dans laquelle seuls les segments du sérail s’investissent.

Les militants du RCD sont pleinement investis dans le mouvement révolutionnaire du 22 février. Ils sont déjà dans la vigilance en ces temps de manipulations et de tentatives de discrédit de la lutte du peuple algérien pour le recouvrement de sa souveraineté.

Alger, le 04 novembre 2019

Le RCD

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :