- Advertisement -

A une semaine du jour J : Le pouvoir multiplie les informations qui confortent la thèse du complot

A une semaine de l’élection présidentielle qui semble plus que jamais compromise, le pouvoir revient à sa thèse de prédilection: le complot. Deux informations sont largement diffusées à la veille du 42e vendredi de la révolution pacifique.

Après avoir diffusé à grande échelle l’information tendancieuse sur une prétendue arrestation d’un étudiant militant au sein du MAK qui  serait sur le point de  « s’accaparer du Hirak » à Alger et en faire un outil de déstabilisation la veille des élections, les médias pro-pouvoir diffusent l’information de l’arrestation d’un proche de la campagne de Benflis pour intelligence avec les officines étrangères.

Le suspect est également poursuivi, selon un communiqué du parquet repris par les médias pro-pouvoir,  de transmettre des messages et communications susceptibles de porter atteinte à la défense nationale. Il est également accusé d’espionnage au profit d’agents de pays étrangers, dans le but de porter préjudice à l’intérêt national et de collecte de renseignements au profit d’un pays étranger, pouvant porter préjudice à la défense nationale.

Le juge d’instruction près le tribunal de Bir mourad Raïs qui a auditionné l’accusé l’a mis en détention préventive.

La direction de campagne d’Ali Bensflis a nié toute attache organique de l’accusé avec ses instances. D’après le communiqué, l’accusé est présent dans les meetings de Benflis en tant que technicien de son.

L’information sur l’implication du militant du MAK dans un complot contre la capitale a généré une hilarité populaire incommensurable. L’indignation et la colère induite par cette intox des temps reculés sont massives sur les réseaux sociaux.

Nadia Mehir

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: