- Advertisement -

Grève générale massivement suivie dans le pays : Le coup de grâce qui abattra le régime

Du jamais vu dans l’histoire Algérienne. Les villes Algériennes s’offrent au monde sans vie. Les Algériens ont unanimement baissé rideaux pour élever la voix de la contestation de façon la plus pacifique possible.

A Alger, Tizi Ouzou, Bouira, Béjaïa, Boumerdes, Setif, Tlemcen, Jijel, Constantine, Annaba, Bordj Bouarreridj, Mostaganem, Biskra, Batna et partout, la vie économique et commerciale est totalement à l’arrêt par-ci et à l’extrême ralenti par-là.

Dans certaine villes, la grève générale est certes partielle. L’ouverture de certains magasins n’est pas synonyme de ralliement aux thèses du pouvoir, avancent ces hésitants devant le mot d’ordre de grève. Ils rassurent qu’ils sont actifs pour la réussite de la révolution et l’échec du plan électoral du régime mais ils s’oppose, par principe à la grève de 4 jours car, selon eux, cette action de protestation sanctionne plus le citoyen qu’elle rajoute un plus à la décision définitive et totale de boycotter cette mascarade électorale.

A Bouira, Les citoyens ont organisé une marche grandiose pour accompagner ce mouvement de grève. Des centaines de milliers de citoyens ont marché dans la ville avec les slogans habituels de rejet du système en place et son projet électoral.

A Béjaïa et Tizi Ouzou, même décors s’est installé dans les rues de la ville des genets. Un rassemblement a même eu lieu devant le siège de la daïra, révèlent des vidéos postés depuis la capitale du Djurdjura.

A Tlemcen d’où sont originaires 14 ministres de l’ère Bouteflika, la grève a été minutieusement suivi. Des centaines de manifestants sont même sortis dans la capitale des zianides pour crier leur attachement à la révolution du Sourire et leur rejet de la mascarade électorale.

L’image contient peut-être : montagne, ciel, plein air et nature

A Sétif, c’est un cortège monstre de véhicules qui s’est ébranlé de  Draâ Kbila et village avoisinant vers la ville de Hammam Guergour pour participer à une manifestation grandiose contre les élections.

Dans plusieurs villes universitaires telles que Mostaganem, Ain Timouchent, Bab Ezzouar, Bouira et Boumerdes, les étudiants ont occupé ce matin les campus universitaires en grève pour y tenir des rassemblements pacifiques de protestation contre le régime.

Nadia Mehir

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: