Il n’a pas pu être président : Ali Benflis met fin à sa carrière…politique

Le candidat malheureux aux présidentielles de 2004, 2014 et 2019, Ali Benflis prend conscience de ses échecs et met fin à sa carrière politique. Annoncée déjà vendredi dernier, la décision vient être confirmée aujourd’hui.

Ayant organisé une cérémonie d’adieu avec ses partisans, le président du parti Talaie El Hourriyat, fondé en 2012, se résigne à prendre sa retraite politique…sans accéder au palais d’El Mouradia.

Il n’a pas eu l’opportunité de succéder au président déchu, Abdelaziz Bouteflika, devenu, depuis 2003, son ennemi numéro 1. Le fauteuil de la présidence de la république le fuyait depuis près de vingt ans. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé. L’ancien chef du gouvernement a tenté une première fois en 2004. Mais il a été broyé par la machine du pouvoir qui reconduit le président Bouteflika pour la deuxième fois.

Après une période d’hibernation de près de 10 ans, Ali Benflis fait une nouvelle tentative en 2014 face au même Abdelaziz Bouteflika. Et encore une fois, il a n’a pas pu accéder à El Mouradia.

Cette fois, il se voyait comme la personne indiquée pour prendre les règnes du pays. Il a tout fait, d’ailleurs, pour légitimer le scrutin du 12 décembre dernier.Mais son rêve ne devient jamais réalité. Il perd ainsi toute illusion.

Lors de son intervention, vendredi dernier devant ses partisans, il affirme vouloir « transmettre le flambeau aux jeunes de son parti qu’il invite à prendre leur responsabilité ».

Pour rappel, Ali Benflis est arrivé troisième avec 10% des voix exprimées. Il est même devancé par le président d’un parti islamiste microscopique, Abdelkader Bengrina.

Massinissa Ikhlef

%d blogueurs aiment cette page :