- Advertisement -

Sur ordre venu d’en haut, le député Atmane Mazouz et ses compagnons reconduits vers Alger sous forte escorte de gendarmerie

Après cinq heures de séquestration dans une brigade de gendarmerie de Chlef, le député RCD, Atmane Mazouz et quatre accompagnateurs sont de retour sur Alger et sous forte escorte d’une unité spéciale. « L’ordre est venu d’en haut », selon Atmane Mazouz qui rapporte lui même l’information.

Le président du RCD, Mohcine Belabbas, qui suit de très l’évolution de la situation révèle « qu’une équipe extérieure à la gendarmerie conduite par un colonel veut contraindre Atmane Mazouz à se présenter séance tenante devant le procureur de la république dans la wilaya de Chlef. Après le refus du député d’obtempérer, les services de sécurité ont fini par charger une équipe des forces d’élites de la gendarmerie (Saaiqa) de les escorter vers Alger et de leur interdire ainsi l’accès à Oran».

Dans un post publié sur sa page facebook, Atmane Mazouz dénonce une dictature qui s’installe sous la potiche Tebboune » et considère ces agissements des services de sécurité comme « une énième violation des libertés dont la liberté de circuler ».

De son coté, Maitre Sadat, secrétaire nationale au droits de l’homme note que « cette escalade dans les exactions de toutes sortes et les graves atteintes aux droits et libertés fondamentales des citoyens attestent que les tenants du pouvoir en place persistent dans la logique de la violence et du déni ». « Ce fait relève de la dérive totalitaire, de la pure intimidation pour espérer arriver à bout des aspirations de tout un peuple à la démocratie, la justice sociale et la construction d’un État de droit », ajoute – t – elle.

Sur le chemin du retour forcé, Atmane Mazouz assure que « la lutte doit plus que jamais continuer jusqu’au bout »..

Le député Atmane Mazouz, en compagnie du maire d’Akfadou et deux militants se rendaient à Oran pour participer à la marche du vendredi et apporter le soutien aux réprimés de la deuxième ville du pays lorsque des gendarmes les ont arrêtés et conduits à leur brigade où ils y ont passé plus e cinq heures.

Arezki Lounis

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

%d bloggers like this: