Une note fuitée de l’état major : Un état d’urgence était décrété à l’insu du peuple et une instruction très intrigante

Une note interne signée par le chef d’état major, datée du 19 décembre et fuitée dans les réseaux sociaux, jette l’effroi dans l’opinion publique nationale à cause de son contenu.

Les internautes Algériens ont découvert, en lisant la note militaire fuitée, qu’un état d’urgence a été décrété par l’état major de l’armée à l’occasion des présidentielles sans que le peuple Algérien ni les institutions civile de l’Etat n’en soient informés. Dans la note adressée aux services militaires concernés, il est demandé de lever cet état d’urgence à partir du samedi 21 décembre à 12 h 00.

Mais ce qui est intriguant et révélateur de l’entrée du pays dans une dictature militaire est cette instruction ferme donnée par le chef d’état major, contenue dans ladite note, à ses subalternes de poursuivre les pressions sur les « minorités » qualifiées de criminelles en redoublant «  les opérations offensives ». pour le moment, personne ne sait qui est ciblé par cette instruction, les résidus maffieux du clan Bouteflika ou le peuple Algérien qui sort par millions chaque vendredi depuis 44 semaines. Le chef d’état major a toujours qualifié les millions de manifestants de « chirdhima ( minorité )». Et c’est justement ce vocable de « chirdhima » qu’il a utilisé dans son instruction ferme et qui donne droit de s’inquiéter.

Arezki Lounis

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :